logo Le moteur de recherche de la télé

Elie Kakou, ben alors... 20 ans déjà


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 21h00 sur France 3

capture
– You smell. It smells like a flower. Les couleurs, par exemple... it, you wash it. You "rihceu 3 t- 1 you n . 3e exemple. Il n'y en a pas? Attendez. Cette culotte, par exemple... "rince"... 3 times. You put it in the water...
– Alors, Anne, tout va bien? Tu passes une bonne soirée?
– Excellente. Si Elie Kakou était resté plus longtemps, on l'aurait beaucoup vu au cinéma.
– Et pas seulement dans des rôles comiques.
– Ce qui me ferait plaisir, c'est qu'on revienne sur un film qui a énormément compté pour Elie Kakou.
– Il a connu un énorme succès, ce qui a surpris Elie, qui avait peur de la réaction de son public.
– Dans ce film, il apparaît beaucoup plus touchant que drôle.
– Voici un extrait de "La vérité si je mens!"
– Je ne vais pas mettre ça.
capture
– Si, ça va avec. J'ai fait le même pour Patrick
– Ça fait trop de carreaux, là.
– Ce sont les tendances de cette année. C'est comme ça.
– Mais il est trop petit, quand
– C'est vrai qu'il est un peu plus carré que Bruel, ton copain.
– C'est très flatteur, en fait. Mes enfants adorent ce film et cette scène.
– J'avais passé le casting de "La vérité si je mens!"
– Vous êtes juif?
– Juif Ashkénaze? Votre nom?
– Vuibert, c'est comme Weber.
– Pour faire rire les gens, il faut les toucher. Il n'a pas le beau rôle dans ce film. C'est celui qu'on retient, même si ce n'est pas le premier rôle du film. Il a terriblement manqué dans le 2.
– Vous avez aimé Rafi?
– E.Kakou: Je ne l'ai pas aimé tout de suite. Je me suis dit que je n'avais pas le beau rôle. C'est un personnage qui est cocu, qui ne le sait pas, en plus avec son meilleur ami... Le public a l'habitude de rire quand il me voit. J'avais peur de l'émouvoir trop.
– Elie avait une grande appréhension. C'était la 1re fois qu'il tournait. Je l'ai rassuré en lui disant que je pensais qu'il pouvait amener toutes les facettes du personnage.
– Comme ça, vous êtes ashkénaze... Il n'y en a plus beaucoup. Maintenant, c'est les sépharades qui sont installés là.
– On n'avait que des carreaux? Pas de pois?
– C'est la mode.
– Je lui ai demandé s'il avait déjà vendu des costumes.
capture