logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 15h00 sur France 3

capture
– Après le coup de boost, il y a la descente, quelquefois. C'est le fameux pic de glycémie.
– Alexandre Pasteur : Voici C.Pedersen. Il va perdre son maillot de meilleur grimpeur.
capture
– Ljalabert: Il est déjà devant. Il reste 2 grands prix de la montagne.
– A. Pasteur: C'est une drôle d'étape, aujourd'hui. On a 2 météo en 1, aujourd'hui. Grosse amplitude thermique entre le début et l'arrivée. T.Voeckler, comment gère-t-on ces différences de météo au cours de la même journée quand on est coureur?
– Thomas Voeckler : C'est ce que je vous expliquais tout à l'heure. Il y a une différence extrême. Ce n'est pas 15 degrés d'écart, On est à 32 degrés. Ce matin, il y en avait 11, avec de la pluie. C'est compliqué d'un point de vue physique, vestimentaire ou au niveau du matériel. On ne met pas la même pression dans les boyaux, et au niveau des tenues, j'ai vu des coureurs qui étaient équipés ce matin comme s'ils partaient pour une étape de Paris-Nice. Là, c'est presque la canicule. Il faut avoir énormément d'affaires de rechange dans les voitures. Chaque coureur a un petit sac avec, dedans, des vêtements de rechange pour adapter les vêtements à la météo.
– Ljalabert: C'est plus facile dans ce sens de s'adapter lorsqu'on passe du mauvais temps au soleil que l'inverse.
capture