logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 15h00 sur France 3

capture
– Au détour d'un virage, une bourrasque de vent peut vous envoyer dans le décor.
– Marion Rousse : A.De Marchi est à 15 secondes derrière.
– Ljalabert: C'est beaucoup. Il ne peut revenir que si les 2 s'arrêtent dans le dernier kilomètre.
– Alexandre Pasteur : G.Martin a quelques longueurs d'avance sur le peloton des favoris. M.Cherel, l'ultime équipier de R.Bardet. Il est en train de perdre le contact également.
– Marion Rousse : Il y a de quoi.
capture
– Alexandre Pasteur : J.Alaphilippe n'a pas pris un seul relais Il a toujours 15 secondes d'avance sur A.De Marchi. S.Cras pour la formation Katusha. Pour l'instant, reste assez homogène, même si on a perdu des équipiers, évidemment.
– Marion Rousse : On a même aperçu W.Barguil parmi ces coureurs.
– Alexandre Pasteur : G.Muhlberger demande un relais.
– Ljalabert: Jusque-là, il n'a rien demandé.
– Marion Rousse : Dans une descente, on peut prendre ses trajectoires quand on est en tête.
– Ljalabert: Il y a du vent de face. On l'entend dans le micro et on le voit à l'écran, en sortie de virage. Ils ont quelquefois du mal à tenir correctement la trajectoire avec leur machine.
– Alexandre Pasteur : Un mot sur le groupe des favoris, toujours emmené par M.Kwiatkowski.
– Thomas Voeckler : Très peu d'attaques. Quand vous avez un ancien champion du monde qui imprime le rythme, ça vous dégoûte l'envie d'attaquer. Je voulais revenir surJ.Alaphilippe en descente. Au Tour du Pays basque, au mois d'avril, il a lourdement chuté lors de la 3e étape. Ça a compromis sa tournée ardennaise. Quand on a une si grosse chute, on prend moins de risques dans les semaines qui suivent en descente.
– Alexandre Pasteur : Il est prudent. Pas de risques excessifs. On est au bas de la descente. Les 2 hommes de tête vont bientôt rentrer dans Saint-Michel-de-Maurienne.
– Ljalabert: Je pense qu'il a un double intérêt à rester derrière. Il y a moins de vent. Il surveille son adversaire. Il lui met la pression. Si vous avez J.Alaphilippe collé à votre roue, comment imaginer le battre au sprint? Dans une ligne droite avec un vent de face... J.Alaphilippe va décider de quand il va fournir son effort.
capture