logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 15h00 sur France 3

capture
– C'est un moment difficile pour les échappés, Thomas.
– Thomas Voeckler : C'est difficile, et même pénible. Comme l'ont dit Marion et Laurent, c'est terrible, le vent de face. dans les jambes, et même plus. Si vous avez de grands bouts droits avec un peu de vent mais pas trop, vous pouvez avoir un rythme de pédalage fluide. Là, les coureurs pédalent carré. Cette sensation surtout quand vous savez qu'il y a une victoire d'étape en jeu. On ne sait pas trop si on est bien ou pas. Dans moins de 25 km, il va falloir sprinter pour la victoire d'étape.
– Alexandre Pasteur : Pédaler carré, qu'est-ce que cela signifie?
capture
– Ljalabert: Pédaler carré, Quand on a un pédalage fluide, les pédales tournent et ça devient un automatisme. On ne s'en rend pas vraiment compte. Mais quand on doit lutter face au vent, qui plus est avec une portion de route qui s'élève, on a l'impression de buter. On appuie. On a du mal à tirer. On a l'impression que le pédalier est carré. Cette expression est courante dans le milieu du cyclisme, pédaler carré.
– Marion Rousse : On a l'impression que ça ne grimpe pas, et pourtant, on est collé à la route.
– Ljalabert: Il n'y a pas de glu sur les boyaux! C'est une sensation d'être scotché et de ne pas avancer.
– Alexandre Pasteur : Oui. Il peut aussi arriver que les coureurs touchent leurs freins. On a l'impression que les freins touchent à la roue tellement c'est difficile. On a le sentiment d'avoir quelque chose qui freine le vélo.
– Ljalabert: Ça vous le fait aussi!
– Marion Rousse : Ce n'est jamais bon signe.
capture