logo Le moteur de recherche de la télé

Le serment

Un cas pour deux


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 13h50 sur France 3

capture
– Vous avez couché ces lignes au lendemain du drame.
– Je voulais explorer à travers ce journal.
– C'est une source de problèmes.
– C'est-à-dire ?
– Vous le savez. Vous aviez un mobile indiscutable pour tuer Barski. Imaginez que le procureur le découvre.
– Je ne l'ai pas tué.
– Ton von trucmuche n'est qu'un enfant gâté, arrogant et sournois.
– Il est sensible et intelligent, mais il refuse de s'avouer ses faiblesses.
– Ces loustics-là ont le dérapage facile. cher maître. On augmente un peu l'enjeu ?
– Tu as décidé de me ruiner ?
– J'ai dû jouer quelques parties d'échecs qui m'ont coûté bonbon. Je te fais une note ou on règle ça comme ça.
capture
– Tu as gagné. La seule autre piste qu'on ait, c'est ce prof de sport. Tu crois pas...
– Qu'est-ce qu'il y a ? Tu connais une de ces filles ?
– Non. Enfin, pas bibliquement, je veux dire.
– Tu as intérêt à dire la vérité. Que s'est-il passé ? je ne sais rien.
– Parle, espèce d'ordure !
– Lâche-le, Barski.
– Tu as oublié mon conseil?
– Je n'ai pas de mémoire. Avancez et tenez-vous tranquille. Ça vaut pour toi aussi. Assieds-toi. Qu'est-ce que monsieur fait ici ?
– Il a Tim sur la conscience.
– Tim Barski nous faisait chanter, il croit que ça m'a poussé àletuen
– Chanter! Ce n'était qu'un petit arrangement, un échange de bons procédés. Sa jolie Patrizia faisait partie de nos meilleures pouliches.
– Ça suffit !
– Et pour que ça reste un secret, madame soufflait les réponses de ses contrôles à mon fils.
– C'était odieux. J'avais donc décidé de mettre un terme à ce cauchemar.
– C'est qu'il est pas tendre. S'il avait son majestueux gourdin japonais à disposition, il s'en servirait sûrement pour me défoncer le crâne à moi aussi.
– Je n'ai pas tué votre fils.
– Les mains en l'air!
– L'avocat pour qui je travaille a dû appeler les flics à l'heure qu'il est. Je vais tirer au clair ce qui s'est passé entre lui et ton fils. Mais reste en dehors de ça.
– Vous pouvez y aller. Mais ne vous réjouissez pas trop vite, si c'est vous, je vous aurai.
– Je vous conseille de prendre ses menaces au sérieux.
– Vous, il vous écoute.
– Le soir du meurtre, je suis allé voir Barski.
capture