logo Le moteur de recherche de la télé

Le serment

Un cas pour deux


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 13h50 sur France 3

capture
– On entre. Une petite merveilleuse. C'est de l'eau-de-vie d'abricot, fabrication artisanale. L'élève suspecté a été relâché.
– Effectivement. Savoureux parfum d'inégalité. Avez-vous voulu vous venger du père de Tobias ?
– Me venger. Pourquoi?
– Vous avez fait des travaux chez les von Kleist. Et le père n'a payé que la moitié de la facture.
– Et pour une bêtise comme ça, je fais un faux témoignage.
– C'était une question.
– Je ne suis pas homme comme ça. Tu devrais le savoir.
– M. Matula. Je vous remercie d'avoir décidé de ne pas ébruiter mon passé.
– Il n'y a pas de quoi.
– Je me sens redevable.
– Vous allez me livrer le meurtrier ?
– Est-ce que quelqu'un vous a parlé de cette histoire de viol entre-temps ?
– Tobias et Tim auraient abusé d'une femme de ménage.
– Ah oui ! Racontez-moi ça.
– Tout s'est réglé à huis clos chez le directeur. C'est un sujet tabou.
capture
– Je vous remercie.
– C'est tout naturel.
– Sabine, ils t'ont laissé sortir ?
– A ton avis ?
– Je suis content que tu ailles mieux.
– Je peux me débrouiller toute seule.
– Qu'est-ce que tu as ?
– Vous avez trahi ma confiance.
– Comment ça ?
– Tu sais de quoi je parle.
– C'est KroIl qui a bavé ?
– Pourquoi KroIl ?
– Alors, Sherlock Holmes, toujours sur le pont?
– J'ai un loyer à payer,
– Que faites-vous là ?
– J'ai eu vent d'une sombre histoire de viol, auquel vous seriez mêlé.
– Ça suffit, il n'y a pas eu de viol ici.
– Je ne vois pas de quoi vous voulez parler.
– Je suis obligé de revenir sur ma décision.
– Pourquoi ?
– Cette feuille de chou s'insurge qu'on ait relâché M. von Kleist. Alors que les preuves sont accablantes.
– Il a été disculpé. Uwe Forster a dit que Barski était en vie quand Tobias l'a quitté.
– Ce n'est mentionné nulle part.
– Vous jetez l'éponge.
– Ils savent que moi aussi j'ai fréquenté cette école. Et que le ministre de la Culture y tiendra bientôt un discours.
– Et ça nous oblige à nous défiler ?
– Pas à mes yeux. où est le problème ?
– Le ministère a appelé le procureur qui m'a appelé.
– J'espère vous fournir la preuve de son innocence bientôt.
– Vous avez 24h. Après, je ne pourrai plus différer sa mise en détention.
capture