logo Le moteur de recherche de la télé

Météo à la carte


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 12h55 sur France 3

–  On a refait les lucarnes en face, tout le bâtiment. C'est presque une reconstruction.
– Près de 25 personnes travaillent sur ce chantier en permanence. Martine ne nous a pas communiqué le montant des investissements. Elle pourrait mourir d'angoisse à l'approche du premier orage susceptible d'emporter le toit, mais même pas.
– Il peut y avoir des ardoises qui s'envolent. Il faut que j'aille jeter un coup d'oeil pour voir s'il y a des entrées d'eau. Je ne panique pas carje sais que les murs sont solides. Vous connaissez les Trois Petits cochons? Petite, je disais toujours que je voulais être dans la maison de pierre.
– Martine habite dans une partie de cette maison, l'autre étant dédiée aux visites. 13 degrés quand il n'y a pas de chauffage, on se demande pourquoi elle n'aurait pas préféré passer ses journées à se faire bronzer sur le pont d'un yacht entre Monaco et les Caraïbes.
– Sur la Côte d'Azur, je m'ennuierais. Je n'ai pas envie de faire un concours de botox et de passer ma vie au soleil. Ici, je ne m'ennuie pas. On vit dans les projets. Qu'est-ce que vous plantez de beau?
– Des chrysanthèmes annuels qui vont donner des fleurs jaunes comme les marguerites.
– Le dernier projet de notre châtelaine, c'est ce jardin Renaissance.
– C'était une pâture avec des vaches.
– Elle a confié à Xavier le soin de reconstituer les compositions de plantes d'époque. Il s'agissait généralement de variétés sauvages adaptées au climat. Il a fait un vrai travail d'archiviste avant de faire son travail de jardinier.
– Pour le choix des plantes, c'est essentiellement à partir d'un ouvrage qui traite des grandes heures d'Anne de Bretagne. Il a fallu trouver les plantes pour le jardin, ensuite. On a travaillé avec un horticulteur.
– Martine n'a pas compté pour recréer les parterres de fleurs et les labyrinthes de verdure que les propriétaires du XVIe siècle devaient avoir sous leurs fenêtres.
– C'est extraordinaire d'avoir des personnes qui s'engagent dans un tel projet, aussi bien au niveau du château que du jardin.
– La restauration de Bournazel n'est pas une fantaisie de collectionneurs richissimes mais bien l'oeuvre de passionnés du patrimoine.