logo Le moteur de recherche de la télé

Boulevard de la Seine


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 8h45 sur France 3

– Juste un petit extrait de votre prestation dans "Môa, Sacha".
– Mais non.
– Alors quand je dis la vérité, je suis vilaine?
– Mais non, tu n'es pas une vilaine. Seulement, quand tu dis la vérité, tu deviens banale. Ne t'inquiète pas, mon petit, ça t'arrive si rarement.
– Qu'est-ce que tu espères, Christophe?
– J'espère que nous sommes des acteurs en train de jouer une pièce sur la vie de S.Guitry, déguisée en pièce de S.Guitry, avec des extraits de vraies pièces de S.Guitry.
– Nous sommes... Mais mon Dieu, que c'est bête un homme, un homme. Mon Dieu, que c'est bête un homme.
– Qui dit ça, "mon Dieu, que c'est bête un homme"?
– C'est Yvonne Printemps dans "L'amour masqué". C'est l'une des nombreuses comédies musicales que Guitry a écrite et qu'on a un peu oubliée. C'est une femme, une demi-mondaine, qui va se déguiser et organiser un bal birman où toutes les femmes seront masquées pour voir si chaque homme retrouve sa femme. "Mais que c'est bête un homme", évidemment, ils se trompent. Elle dit même qu'on pourrait les faire marcher sur la tête mais comme ils ont des cornes, ils n'y arrivent pas.
– Il fallait avoir du caractère pour vivre avec S.Guitry. Ce fut l'une des 5 épouses officielles?
– Et sans doute celle qui avait le plus de caractère, qui a fait une carrière brillantissime avec lui. Mais toutes les femmes ont eu une importance. Jacqueline Delubac lui a apporté le charme, Charlotte Lysès lui avait apporté l'expérience, Lana Marconi l'a accompagné jusqu'à sa mort. Toutes ces femmes ont eu de l'importance. J'ai la chance de jouer avec Chloé Lambert qui arrive à être mes 5 épouses à la fois.
– C.Lambert, C.Barbier et Pierre Val, voilà le trio qui constitue cette affiche de "Môa, Sacha", en ce moment au théâtre de Poche à Paris. On y reviendra. Aussi sur le fond de ce que vous mettez en avant et en lumière. Mais ce qui nous intéresse aussi maintenant, J.-N.Mirande, c'est de parler de cette personnalité fantasque.
– S.Wyss ou Susi la cochonne. Mais c'est vrai que S.Wyss pourrait être un personnage. Si S.Guitry était là, peut-être qu'elle l'inspirerait pour un de ses personnages.