logo Le moteur de recherche de la télé

Boulevard de la Seine


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 8h45 sur France 3

– Et mondaine. Vous savez, Jean-Paul Sartre a créé "Huis clos" pendant la guerre en trinquant avec des officiers allemands, on ne lui a pas fait de souci...
– Surtout qu'il a aidé beaucoup de gens, Tristan Bernard le premier.
– Il a sorti T.Bernard de Drancy. Il a aidé Paul Valéry, des tas de gens. Mais ces gens-là ont un peu perdu la mémoire après.
– Le "Môa, Sacha" que vous évoquez est évidemment plus personnel, son rapport aux autres, son rapport à la culture, à l'éducation, aux femmes et à son père. Juste avant de regarder un petit extrait, un mot. On pourrait penser S.Guitry très parisien. Il l'est devenu mais il n'est pas né à Paris. Je le redécouvre avec vous, il est né à Saint-Pétersbourg comme un autre de ses frères.
– Exactement, il est né à Saint-Pétersbourg car son père, Lucien Guitry, été une star internationale qui passait les saisons d'hiver à Saint-Pétersbourg, invité personnel du tsar, pour la saison.
– Il faisait des représentations devant le tsar?
– Voilà. Iljouait en français, c'était chic, la langue française. Le tsar Alexandre est d'ailleurs le parrain de S.Guitry. Le fameux tsar Alexandre III dont un pont de Paris porte le nom. Il est vraiment marqué par cette histoire. Ensuite, L.Guitry se sépare de sa femme et quand Sacha a 4 ans, il se fait enlever par son père pour retourner passer la saison d'hiver Son père fait faire tous ses costumes en double: taille adulte pour lui et taille enfant pour son fils. Un mini moi. C'est le début d'une relation très intense et surtout, coup de foudre de Guitry pour le théâtre. Comme acteur, il aura du mal au début, et auteur ensuite.
– "Môa" car il y a de l'emphase chez S.Guitry. Ça lui ressemble dans le culte de l'orgueil, l'ego.
– On a cru qu'il était narcissique, non. Il n'aimait pas se voir en photo, se regarder dans un miroir mais il avait une sorte de sens de l'obscène. Car dans obscène, il y avait scène. Il voulait en effet être exhibitionniste, se montrer. Il a d'ailleurs écrit une pièce qui s'appelait "Tôa". C'était son épouse qui le traite comme ça.
– Et puisque tout est théâtre dans sa vie, cet individu est-il bien ce qu'il prétend être, demandez-vous, C.Barbier?