logo Le moteur de recherche de la télé

Douleur fantôme

Double je


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 22h05 sur France 2

– Il a un bar, L'Eden, une espèce de repaire. Ça pue. C'est pas des Bisounours, ces deux-là. Et comme ton père a reconnu Lukas...
– Lukas a reconnu mon père.
– Heu... Je gère votre papa, là. Il bouge pas d'ici, je l'ai à l'oeil, mais il pose un tas de questions, et moi, j'ai peu de réponses. Evidemment, comme je sais... rien, du coup, je... Bref, il veut vous voir.
– Dis-lui que j'arrive.
– Je veux bien, mais ça fait 3 fois que vous le dites. Comme vous arrivez pas, il s'impatiente un peu.
– Fred ! Merci, Fred.
– OK, j'y vais. Je lui dis que vous arrivez.
– Déa, avec ton père, ne rentre pas dans les détails Tarkov, s'il te plaît. il faut que tu comprennes que...
– Je suis dessaisie ? Oui, normal.
– Belcourt, vous prenez la main.
– J'ai l'impression d'être prise au piège. Je lui en veux presque ! Il a trouvé l'excuse parfaite pour pas devoir s'expliquer. uugexpuqueru i, Pourquoi il a des amis à qui il raconte une autre version de sa vie ? C'est quand même... symptomatique d'un gros malaise !
– Pour moi, c'est le signe qu'il a du mal avec la réalité et qu'il s'invente...
– Des arrangements ?
– Ouais !
– Un moyen d'avancer ? On n'en est pas un peu tous là ? On fait comme on peut, non ?
– Oui. Bien sûr. Mais c'est mon père, donc,
– Ça vous inquiète, Vous pensez qu'il va mal, qu'il va tout vous dire, qu'il est obligé de vous donner des explications sur son mal-être.
– Vous m'en voulez de ramener les choses à moi?! C'est pas le but d'une analyse ? J'ai dû me tromper, comme pour le reste.
– Vous avez surmonté un traumatisme immense en décrétant que ce serait votre père et vous contre le monde entier. Mais vous n'avez plus 6 ans, Déa, et pour être adulte, être serein, il faut pardonner à ses parents.
– Non. Je ne peux pas lui pardonner.
– Je voulais dire, pardonner à votre père.
– Alors soyez clair ! Vous avez dit : "Vos parents" ! Elle, croyez-moi, je ne peux pas lui pardonner. Rien du tout. C'est bien le patient qui décide de la fin de son analyse, non ?
– Ne faites pas ça, Déa. Cette réaction défensive absolue, ne l'ayez pas avec moi, Parce qu'ici, il faut qu'on puisse l'évoquer, parler de votre mère, et surtout, cesser d'avoir peur.