logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 13h55 sur France 2

capture
– Pierre Douglas : Pas longtemps. Ça me fait très plaisir, quand les gens me reconnaissent, même aujourd'hui. S'ils ne me reconnaissent pas, ça ne me pose aucun problème. Au départ, ça m'a fait plaisir. On allait au cinéma avec les enfants, je faisais les samedis après-midi de TF1, je signais les autographes sur les papiers d'Esquimau au cinéma... Ça ne nous a pas abîmé la vie.
– Félix Bollaert : Ça vous fait plaisir vous, Daniel, quand on vous reconnaît? Les marques d'affection dans la rue? Ou, au contraire, ça vous dérange?
– D.Lévi: Bien sûr que ça fait plaisir, les marques de reconnaissance. C'est extraordinaire.
capture
– Félix Bollaert : Quand on est en couple, ce n'est pas comme quand on est tout seul. Quand on est en couple, on est dans une sphère privée. Si on vient vous voir alors que vous êtes avec Sandrine, ça peut être plus intrusif. Quand vous êtes seul, vous êtes l'artiste, donc c'est normal.
– D.Lévi: Il y a des effets secondaires.
– Sandrine: Ce sont surtout les femmes qui doivent comprendre... Il faut faire la part des choses entre l'artiste, l'homme, le professionnel et ce qui se passe en tête-à-tête. Quand on épouse quelqu'un qui est mis en avant, il ne faut pas le prendre avec jalousie. Aujourd'hui, avant de faire souffrir qui que ce soit, on se fait souffrir soi-même.
– D.Lévi: C'est bien parlé.
– Félix Bollaert : Gérald, vous vous dites parfois ça aussi?
– Gérard Dahan : Vous avez bien résumé les choses. Même quand on est avec les enfants, ça peut être gênant. Je me souviens d'un moment qui m'a marqué. Je redonnais ma fille à sa maman sur le quai de la gare. On se disait au revoir. On n'allait pas se voir pendant longtemps.
C'était un moment poignant. Alors qu'on était en train de se dire au revoir, un groupe de personnes s'est mis entre nous pour faire des photos. Ils m'ont accaparé complètement. Je leur ai dit: "Excusez-moi, 2 minutes..." Ils ne s'en sont pas rendu compte. La porte s'est refermée, le train est parti sans qu'on ait pu s'embrasser. J'étais très mal. Ça m'a marqué. Les gens ont compris après. Ils ont réalisé ce qui s'était passé et ils étaient confus.
capture