logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 13h00


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 13h00 sur France 2

capture
– L'assureur estime que vous avez manqué de précaution sous la pluie ou au-dessus d'un lavabo. En revanche, en cas de vol, le coût des communications effectuées par le voleur est souvent remboursé, mais pour une durée limitée
– M.-S.Lacarrau: Merci. Ces nouvelles inquiétudes concernant l'emploi. A Calais, l'un des derniers fleurons de la dentelle est menacé de faillite. Il compte 73 salariés. Le site a été racheté par un groupe chinois il y a 3 ans, mais le repreneur n'aurait pas tenu ses promesses. Sur place, les employés sont en colère, d'autant que le carnet de commandes est plein.
– Ici, c'est l'atelier Leavers. Ici, il y a le parc de machines, une dizaine de machines. qui tournent, faute de fils. On n'a pas pu payer les fournisseurs de fils.
– Une usine qui tourne au ralenti et des salariés déboussolés.
capture
– Je suis dégoûté, un peu écoeuré. Ecoeurer les gens, ça va vite. Là, on est écoeurés.
– Pourquoi?
– Du système de travail. On ne nous donne pas la possibilité d'exercer le métier.
– Chez Desseilles, les métiers tissent de la dentelle haut de gamme depuis près de 70 ans.
Rachetée par un groupe chinois il y a 3 ans, l'entreprise est à nouveau en proie à des difficultés financières. Faute de trésorerie, le fabricant vient d'être placé en redressementjudiciaire.
– On n'a plus de fil pour produire. On ne peut plus payer les teinturiers pour teindre la dentelle ni pour la finir. On est dans une impasse.
– Pourtant, le carnet de commandes est rempli. Les syndicats dénoncent une mauvaise gestion et des promesses non tenues, dans un contexte très concurrentiel.
– Il y a un gros manque d'investissement. Les Chinois avaient promis d'injecter 4,5 millions d'euros au cours des 36 mois de leur présence. Ils ne l'ont jamais fait. Ils ont payé les salaires, et uniquement les salaires. Pour tout ce qui est investissement, recherche et développement, rien n'a été fait, absolument rien.
– Ce représentant pointe du doigt un pillage du savoir-faire français.
capture