logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 8h10 sur France 2

– Le système, appelé "free flow", est amené à fluidifier le trafic.
– L'idée, c'est: aujourd'hui, vous avez une barrière de péage et vous vous arrêtez. Demain, il n'y a plus de barrières de péage. Il y a des équipements sur le bord ou au-dessus de la voie. Vous suivez l'autoroute comme d'habitude, à 130 km/h, et vous payez.
– Le principe: un capteur va lire la plaque minéralogique du véhicule. Si l'automobiliste a donné ses coordonnées bancaires, il sera débité automatiquement. Sinon, il recevra la facture à son domicile. Pour que ce dispositif voie le jour, il faut néanmoins réaliser des travaux, raser les gares de péage, réaménager les chaussées. Selon les exploitants d'autoroutes, la somme à débourser serait supérieure au milliard d'euros.
– E.Colin: Fin de cette édition. La suite du programme?
– Laurent Bignolas : Nous irons à Cherbourg pour parler de la dépendance au smartphone. Ensuite, nous irons à Villeneuve-Saint-Georges pour visiter un grand jardin potager. On fera un saut au Festival international du film d'animation d'Annecy. Pour vous reposer un peu, vous aurez droit à une pause musicale avec AJaffray. Musique et tour du monde.
– Laurent Bignolas : Peut-être avez-vous jeté un oeil à vos e-mails ou à vos réseaux sociaux. Selon les dernières études, les Français consultent leur smartphone 221 fois parjour! Cette dépendance inquiète. Certains essaient forcément de lutter contre ça. Nous allons vous parler d'un collectif à l'origine d'un bar avec une zone sans smartphone. Nous nous sommes rendus sur place, en Normandie.
– Cherbourg. Même quand il fait beau, les parapluies sont toujours les bienvenus. Les portables, de moins en moins. Ici, à la mezzanine du Café du théâtre, ils sont carrément proscrits.
– La zone sans smartphone, j'ai dit oui tout de suite. Les gens ne se rencontrent plus. J'avais vraiment envie d'un lieu de rencontre où, normalement, les clients doivent arriver sans dégainer leur téléphone.
– Je suis venu ici pour essayer. C'est un réflexe, toutes les 5 minutes, de regarder s'il n'y a pas un message.
– J'ai eu plusieurs fois envie de le sortir.