logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 2h20 sur TF1

– Ils prennent le temps de faire les choses. Peu importe s'ils mettent trois semaines, s'ils mettent 2 mois. Ce qui est important, c'est qu'ils arrivent à faire quelque chose qui leur plaise.
– La situation se complique un peu quand vient le moment redouté du passage de l'inspecteur de l'Education nationale. Pour Alexia, c'est demain.
– Dans les Grandes découvertes, il y a le Nouveau Monde, l'imprimerie, les progrès de la médecine.
– Et les personnages importants ?
– Il y en a aussi.
– Qu'est-ce que tu fais ?
– Je fais la chronologie de l'Histoire. J'ai un jeu de cartes des 7 familles. C'est classé de la Préhistoire à l'Empire. Je colle les photos. Je dis quand le tableau a été peint, quand ça a existé. Et je mets comment ça s'appelle.
– Alexia aime jouer. Je lui fais passer plein de choses par le jeu. En CE1-CE2, j'ai essayé de prendre les cours, en français. Mais à part me disputer avec ma fille, ça n'a servi à rien. C'est pas ça, l'école à la maison. Il y a des notions. On les explique. S'ils comprennent, on continue. Sinon, on leur laisse du temps. Il faut qu'ils aient le temps d'intégrer les notions. Des fois, il faut pouvoir laisser passer un mois, deux mois, sans revenir sur la matière.
– Il sera donc difficile pour Alexia de réciter le programme de cinquième à un inspecteur. Avec ses méthodes à elle, elle se situe quelque part sur le chemin du bac. A 16 ans, selon la loi, elle devra rejoindre le niveau commun. Le reste est à l'appréciation de l'inspecteur. Et c'est bien ce que redoute Sandrine pour ses deux enfants.
– En CM1, il doit savoir ça. Mais s'il le sait dans 6 mois, ça change quoi ? Les inspections font qu'on leur met un peu le stress, c'est évident. Parce qu'on est stressés. Moi, j'ai été scolarisée. J'ai encore cette peur du directeur, de la maîtresse, de ce qu'on va penser de moi.
– Donc, eux, ils ont pas cette peur-là ?
– Ils sont jamais évalués avec d'autres élèves. Donc, ils craignent personne. C'est moi qui crains ça. Je crains vraiment ça.
– Demain, son choix d'instruction risque d'être jugé, comme cela est arrivé à de nombreuses familles.