logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 2h20 sur TF1

– Même s'ils ne parlent pas la même langue, ils peuvent jouer ensemble. Et ça se passe bien, apparemment.
– Garder le contact avec l'extérieur est la priorité de tous les parents qui font l'école à la maison. Sandrine et deux autres mamans ont créé le rendez-vous du jeudi, dans une salle de leur village, pour que parents et enfants de la région se retrouvent. Ici, depuis 10 ans, de solides amitiés se sont nouées entre les enfants. Certains ont été déscolarisés dès l'origine. D'autres, après un décevant passage par l'école. Ces mamans qui ont choisi ces méthodes d'instruction y consacrent tout leur temps. Ce choix leur a fait peur, au début. Mais c'est devenu un mode de vie auquel elles ne renonceraient pour rien au monde, malgré les difficultés.
– Qu'est-ce qui n'est pas évident ? Le regard des gens. La famille, des fois, qui ne vous soutient pas forcément. Si vous êtes fatigué, c'est de votre faute, parce que vous avez fait ce choix de vie, parce que vous avez choisi d'écouter vos enfants et de mettre de côté votre carrière professionnelle. C'est pas facile, mais si vous êtes fatigué, c'est de votre faute.
– En connaissance de cause, Sandrine a créé ce rendez-vous comme un groupe de soutien, mais aussi comme un lieu d'accueil pour les parents en difficulté qui n'osent pas sauter le pas.
– Quand on déscolarise un enfant, la crainte qu'on peut avoir, c'est que l'enfant se retrouve tout seul avec sa mère. Mais quand on nous voit, ici, cette crainte s'envole.
– Le fait de voir des enfants qui ne vont pas à l'école, mais qui sont comme les autres, qui jouent, qui parlent, qui ne sont pas renfermés sur eux-mêmes, ça rassure.
– On voit qu'il y a des familles. On voit qu'on n'est pas une bande de babas cool. C'est vraiment concret. Et ça, c'est important, je crois.
– Cette démarche encore marginale il y a quelques années commence à se développer en France. Les familles s'organisent grâce à un réseau très actif sur le Net. Et même ici, à Trets, ces enfants au profil un peu différent questionnent leur entourage.
– Ce qui m'a le plus surprise et ce que j'ai apprécié, bien sûr, c'est le fait que ces enfants travaillent pour eux.