logo Le moteur de recherche de la télé

Moi, Juan Carlos, roi d'Espagne


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 0h35 sur France 3

– Et ça, si on y pense... ça veut dire beaucoup de choses. Il ne m'a pas dit: "Faites ceci. Ne faites pas ça." Non, non. L'unité de l'Espagne, c'est tout.
– Ce testament politique, les Espagnols le découvrent à la télévision.
– En ces jours de deuil national, Juan Carlos mesure le poids de l'héritage qui pèse désormais sur ses épaules et l'étendue de ce qu'il lui faudra accomplir.
– Moi, je savais qu'on devait faire une démocratie. Ca, on verrait bien.
– Juan Carlos doit être couronné devant les potentats du régime. Pour l'occasion, le dictateur chilien, Augusto Pinochet, s'est invité. Accrochés à leurs privilèges, ils se méfient des intentions du successeur désigné par Franco. "On peut venir m'offrir la couronne "sur un coussin, comme m'envoyer "la Garde civile avec l'ordre de m'arrêter", confie le roi à un ami.
– Je n'avais pas dormi. C'est normal. J'étais préoccupé à l'idée de préparer mon 1er discours pour cette cérémonie très importante qui était mon baptême du feu. Il faut prendre en compte que ceux qui assistaient à ma prestation de serment, c'étaient les parlementaires de Franco et le Conseil du royaume de Franco.
– Pour la messe solennelle, Juan Carlos a discrètement éconduit le général Pinochet, lui préférant des invités plus honorables : Valéry Giscard d'Estaing, le Président allemand Walter Scheel, le duc d'Edimbourg, Nelson Rockefeller, le vice-Pdt des USA. Juan Carlos a été peu disert sur son programme politique. A la surprise générale, le cardinal Tarancon appelle de ses voeux un règne de justice, de fraternité et de réconciliation.
– Je me disais : "Merci de m'aider. "Tu es en train de dire ce que je vais faire." Donc ça a été un grand soutien. Il pouvait le dire publiquement. Et d'ailleurs, il l'a dit. C'était courageux de sa part. Ça a été très important qu'il le dise, lui, devant tous les chefs d'Etat étrangers. Je me sentais... Je ne me sentais pas seul.
– Le discours démocratique, ce n'est pas le roi qui le prononce, c'est le cardinal Tarancon. Donc nous n'étions pas sûrs du projet du roi. il y a un grand absent: le père de Juan Carlos.