logo Le moteur de recherche de la télé

Moi, Juan Carlos, roi d'Espagne


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 0h35 sur France 3

– Chaque année, les Espagnols côtoient des millions de vacanciers étrangers.
– Les touristes ont beaucoup fait en s'exposant sur les plages en bikini. C'était un autre monde. Les femmes espagnoles, à l'époque, elles se baignaient habillées.
– Au fil des étés, ces étrangers diffusent bien plus que des modes vestimentaires : un autre modèle de société. La transformation de l'Espagne semble inéluctable. Mais Franco va s'y opposer jusqu'à son dernier souffle. par la maladie, en juin 1973, il confie les rênes du pouvoir à l'amiral Carrero Blanco, son plus fidèle collaborateur.
– Beaucoup disaient: "On vous a nommé "successeur mais ça n'arrivera pas car le régime est trop fort. "Même si Franco meurt, d'autres prendront la relève."
– Franco croyait que son oeuvre serait éternelle. Il nomme Carrero Blanco, un militaire réactionnaire qui venait de l'opus Dei. Et il pense qu'il va sauver son héritage. Une bombe le fait sauter et c'est terminé.
– Dès les années 60, l'organisation indépendantiste basque, l'ETA, a fait de la lutte contre le franquisme son principal combat. En abattant Carrero Blanco, elle fait la démonstration de sa puissance. assistent aux funérailles. Malgré la présence policière, le régime redoute un nouvel attentat. Juan Carlos décide pourtant de prendre la tête du cortège.
– C'était une période où l'ETA tuait beaucoup de gens, beaucoup de militaires, de civils. Moi, je devais montrer qu'à ce moment, j'étais là. Alors, je me suis planté devant en uniforme. Voilà, c'est comme ça.
– Cette loyauté envers le régime ne sera pas récompensée. Juan Carlos n'est pas consulté sur le choix du nouveau chef du gouvernement. A mesure que la santé du Caudillo décline, sa femme, Carmen Polo, tire les ficelles. Elle fait nommer son homme de confiance, Arias Navarro.
– Le 4juillet 1974, le dictateur est hospitalisé dans un état grave.
– A Paris, j'apprends par les journaux que le général Franco était malade. Ça nous a beaucoup surpris, nous autres Espagnols, parce qu'on nous vendait que Franco était immortel. On disait qu'on lui avait offert une tortue et Franco avait demandé : "Ça vit combien de temps ?