logo Le moteur de recherche de la télé

Moi, Juan Carlos, roi d'Espagne


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 0h35 sur France 3

– "Déat écrivit dans 'L'Oeuvre' "un article qui fit grand fracas : 'Mourir pour Dantzig ?'. "Il y invitait les Français à toutes les démissions. "La gauche fut presque unanime à s'en indigner, "mais si la décision avait reposé dans nos mains, "aurions-nous osé envoyer "les bergers et les pêcheurs se faire tuer "pour défendre nos libertés ? 'Ils étaient concernés', "me répondait Sartre. "'Faute d'avoir pris les armes "'contre Hitler. Sans doute seront-ils, un jour, forcés "'de se battre pour lui."' écrit encore Simone de Beauvoir, "l'Histoire m'a saisie pour ne plus me lâcher." Mais quand on est plongés dans le cours des jours, comment la reconnaît-on, l'histoire ? On perçoit, on filme, on écrit ce que l'on voit, ce que l'on vit, mais est-ce le quotidien ou l'exceptionnel? Comment le distinguer ? Le filmeur s'appelle Emile Loquin, il tient la fameuse pâtisserie d'Orléans, rue d'Alsace-Lorraine. Le 8 mai 1939, il a sorti sa caméra et capture ce qui n'est pas encore l'anniversaire d'un armistice, mais la célébration de Jeanne d'Arc qui a bouté les Anglais hors la ville, il y a cinq siècles. Emile Loquin tourne le défilé, en profite pour faire un plan de ses deux enfants et de sa femme. Il capture aussi celui qui marche derrière Albert Lebrun, le Président de la République, et qui lui jette un petit regard avant de baisser la tête, c'est Jean Zay, le ministre de l'Education nationale et des Beaux-Arts, le plus jeune membre du gouvernement Daladier. Il est l'un de ceux qui mesure l'âpreté du combat qui s'annonce et l'affirme ce jour-là à Orléans.
– "La France est aux yeux de l'univers, "pour tous les regards inquiets, "une flamme ardente que les vents contraires couchent parfois, mais "qui se redresse après. "Que personne ne vive plus dans la nostalgie des quiétudes disparues. "Que chaque Français forge sa volonté "à la mesure d'une époque redoutable."
– Est-ce qu'il peut imaginer, Emile Loquin, quand il filme la parade qui passe devant la Rotonde, l'un des plus grands cafés de sa ville, que quelques années plus tard, il n'en filmera plus que les ruines.