logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 9h10 sur France 2

– On a joué de cette complémentarité et de cette complicité.
– Moïse Santamaria : Il y a aussi le fait d'une opposition. Moi, je suis assez grand, j'ai un peu d'embonpoint, une belle mèche. Lui, il est plus petit, un peu sec Il n'a pas beaucoup de cheveux. On a ce truc.
– Bernard Bourgeois : Le feuilleton, tel qu'il est conçu, s'inscrit souvent dans quelque chose d'actuel même si les thèmes abordés sont un peu plus larges. En ce moment, on est sur le thème de l'antisémitisme, mais il y a eu l'homophobie. La volonté, et des auteurs et de la chaîne, c'est de montrer comment les humains qu'ils ont construits à travers nos personnages fonctionnent.
– Moïse Santamaria : Traiter de tous ces sujets de société, c'est assez délicat. Pour bien les traiter, des fois, il faut plus que quelques épisodes. Ce sont des sujets qui méritent des développements plus complexes.
– Bernard Bourgeois : Je ne suis pas très embêté par les gens et quand bien même, quand on vient me voir, c'est plutôt très sympathique et bienveillant. Toi, on vient te voir beaucoup? Ah oui?
– Moïse Santamaria : L'autre jour, on a tourné à Palavas avec Mélanie. Quand on tournait, sur le trottoir, il y avait plein de gens. On a fait des photos. On a signé des autographes. La grosse tête, ça ne risque pas. Je considère qu'il y a des gens qui ne sont pas mis en avant et qui font des métiers comme... Les infirmières, les pompiers, ce sont des gens qui sauvent des vies et on n'en parle pas. Nous, on fait un métier assez joli. On raconte juste des histoires. Calmons-nous. C'est vrai! Par rapport aux premiers épisodes, mon personnage a beaucoup évolué. Ce personnage vit des choses. Au départ, on ne le connaît pas. On le voitjuste sous un aspect. Ensuite, des nuances sont apportées par rapport à ce qu'il vit. On va me voir avec ma fille, il va se passer des choses. On me voit dans des situations amoureuses, on me voit avec mon pote, dans le boulot... Il y a plein de choses différentes à jouer. Le personnage n'est pas monolithique.
– Bernard Bourgeois : Encore une fois, on a une temporalité particulière qui est liée à la quotidienne.