logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 6h30 sur France 2

– Les cinéphiles le connaissent pour ses scénarios un peu loufoques. Si je vous dis "Rubber".... C'était le titre du film qui nous faisait suivre les aventures d'un pneu psychopathe. Il y a eu aussi, en juillet, "Au poste!", avec B.Poelvoorde. Là encore, une idée de scénario un peu folle, voire complètement dingue. Il tient en une ligne: un homme dont on ne sait rien quitte sa vie pour un blouson en daim, d'où le titre du film, "Le Daim". On suit l'émancipation d'un homme, J.Dujardin, à travers la passion qu'il porte à son blouson. C'est un scénario loufoque, mais il y a quand même un propos. C'est un film qui parle de nos obsessions et de notre folie ordinaire. Il fallait oser. Q.Dupieux l'a fait. C'est jubilatoire. Je préviens: c'est un film qui ne convient pas à tout le monde, comme tous les films de Q.Dupieux. J.Dujardin s'est fait plaisir. Il a beaucoup aimé le film. J'étais vêtue en daim pour l'occasion. Bonjour, Jean.
– Ce style de malade...
– Charlotte Bouteloup : "Ce style de malade"!
– Jules Dujardin : Je te le retourne.
– Charlotte Bouteloup : Moi, Actors Studio.
– Jules Dujardin : Tu es vraiment en place.
– Vous voyez bien que ce n'est pas un vêtement banal.
– Charlotte Bouteloup : Il paraît que très vite, vous vous êtes laissé séduire. A aucun moment vous vous êtes demandé ce que c'était, ce scénario?
– Jules Dujardin : Je ne me suis pas dit C'est un peu ce que je recherche aussi. Moi aussi, je cherche à traverser des zones un peu étranges. La psychiatrie, pour les acteurs, c'est un endroit de prédilection.
– Charlotte Bouteloup : C'est gratos!
– Jules Dujardin : Encore faut-il savoir à qui tu le fais. Par Quentin, je savais que ce serait original, qu'il y aurait toujours du 2d degré pour ne pas composer la folie. L'acteur qui compose la psychiatrie, ça peut être un peu gênant. On sent toujours le contre-emploi pour avoir des médailles. J'avais vraiment envie de traverser cet endroit-là parce que c'est un endroit assez intime. Il y a des moments comme ça où on est un peu seul dans la vie. On se regarde et on se dit: "Je crois que je suis sur la ligne Je pourrais passer de l'autre côté.