logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 1h50 sur TF1

– Je devais le savoir.
– Décidée à ne pas plier, Sarah allait rendre visite à M. Cabanel. Mais qu'allait-elle découvrir ?
– Sarah ? Quelle surprise. Je suis content de vous voir. Allez-y. Entrez. J'y suis allé un peu fort, mais je suis brut de décoffrage. Excusez-moi.
– Si je viens vous...
– Ne parlons plus des élections. Parlons d'autre chose. Votre terrain est idéal, pour moi, entre mon étable et les pâturages.
– Là, je suis obligé de passer par la route. Votre grand-mère l'avait compris.
– Vous êtes culotté de me dire ça, après ce que vous avez fait.
– Quoi ? J'ai dit que je m'excusais.
– Le ciment dans l'arrivée d'eau, c'est du sabotage. Réparer ça va me coûter une fortune.
– De quoi vous parlez ?
– Vous étiez tellement en colère,
– Vous croyez que j'ai peur de perdre face à un Parisien ? Les Cabanel sont maires de père en fils.
– " La tradition au coeur de l'action." Merci, je sais. Avec vous, l'école va fermer.
– Vous croyez tout savoir mieux que tout le monde, mais les gens du village ne sont pas bêtes.
– Quand ils sauront ce que vous avez fait, ils y réfléchiront à 2 fois, avant de voter pour vous.
– Vous m'accusez ? Ça va pas se passer comme ça.
– Je vous vendrai pas mon terrain.
– Vous n'allez pas tenir longtemps. Sortez de chez moi.
– Cette visite m'avait secouée. Au début, il s'était excusé, mais quand j'ai évoqué l'arrivée d'eau, il s'est montré agressif, en niant que c'était lui. Quelque chose me tracassait. S'il était si sûr de gagner, pourquoi il cherchait à ce point à nous intimider ? C'était pas logique.
– En cette fin d'après-midi, Sarah se confiait à son mari. Comment Victor allait-il réagir face à cette menace ?
– Je sais pas si c'est lui.
– Si c'est pas lui, c'est un de ses gars. Mais lui, c'est le genre à détenir un fusil de chasse.
– T'exagères.
– Je m'inquiète. T'es souvent seule, ici. Et c'est après toi qu'il en a.
– Pourquoi après moi ?
– Je sais pas. Il est surtout agressif avec toi.
– Tu crois ?
– Moi, il m'ignore. C'est peut-être pas l'élection qui l'énerve.
– Ce serait le terrain ? C'est pas comme ça qu'il l'obtiendra.