logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 1h50 sur TF1

– Thérèse est arrivée ici il y a six mois. En quelques jours, elles sont devenues amies.
– Là, tu as trois vases. C'est des clématites. Ca, c'est une petite lampe, avec des coquelicots.
– Je suis arrivée. Je me suis aperçue que Monique faisait des coquelicots. Et j'adore les coquelicots.
– Donc, on a sympathisé.
– On a discuté. On a vu qu'on avait à peu près la même façon de concevoir la vie, à la retraite. Et puis, voilà.
– C'est vrai.
– Je viens de la région parisienne. Là-bas, je n'étais qu'un numéro.
– C'est la Parisienne. Et moi, la Toulousaine.
– Comment ça, vous n'étiez qu'un numéro ?
– Je vivais dans un appartement, dans un immeuble, à Soisy-sous-Montmorency. Et je n'étais qu'un numéro. Il m'est arrivé de rester chez moi, plus d'une semaine, sans m'habiller, sans rien faire. Et personne ne s'en rendait compte. J'aurais pu y mourir.
– Moi, je suis très entourée par ma famille. Ma soeur et ma fille me gâtent. Mais ici, c'est ma seconde famille.
– Une deuxième famille, voilà ce que Monique, Thérèse et les autres, sont venus chercher ici.
– A tout à l'heure. Le petit monsieur a laissé sa lumière. Ici, c'est bien. Quand vous sortez et que vous allez sur le parking, vous rencontrez toujours quelqu'un.
– Bonjour, Manu.
– La résidence est organisée en 71 appartements. Du studio au 3 pièces. Sur un étage. Emilie et son fils, Pierre, viennent déjeuner avec Gilberte, 80 ans.
– Bonjour, mon poussin. Ça va, mon poussin ?
– Gilberte est la grand-mère d'Emilie, et l'arrière-grand-mère de Pierre. Elle a été parmi les premières à emménager.
– Il y a une bosse dans le lit. Une bosse qui bouge. Ouh, voilà Cachou !
– Voilà Cachou !
– C'est "Cachounette".
– Chaque locataire vit à son rythme. Rien à voir avec une maison de retraite classique. C'est justement Emilie qui a souhaité qu'elle s'installe ici.
– Ce n'est pas une maison de retraite ?
– Pas du tout, attention ! Vous avez dit le mot qui fâche. Dans mon appartement, dans le 93, j'avais quelques amis, bien sûr. Mais je me sentais seule. Tandis qu'ici, je ne suis pas seule. J'aime être près des gens.