logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 1h50 sur TF1

– Pour la garder pour l'éternité ?
– Pour la petite blague, on a toujours belle-maman en tête de liste. Je sais pas pourquoi. Et aussi, l'année dernière, nous avons eu un caméléon. Quelqu'un qui était attaché à son caméléon, et qui voulait le pétrifier.
– Si cette eau est si riche en calcaire, c'est qu'elle arrive des entrailles de la terre. Un parcours de 40 années, pour jaillir chargée de sels minéraux dans ce bassin, à 35 degrés. L'eau est ensuite acheminée dans ces canaux pendant 50m, avant d'atteindre les échelles de la fontaine. Le mari de Christine, Eric, est le descendant de 7 générations de pétrificateurs.
– Voilà, c'est ici que commence toute l'histoire des fontaines. Au XIXe siècle, quand mes ancêtres se sont mis à rechercher les sources, ils sont venus jusqu'ici, avec des marteaux et des burins. On voit les derniers coups. Ils sont tombés sur cette faille considérable. Je mets ma main. J'imagine leurjoie de trouver cette source et de pouvoir l'exploiter.
– Quand il trouve cette source, l'arrière-arrière-grand-père d'Eric travaille pour l'industrie thermale de la région. Saint-Nectaire est alors une destination prisée des curistes. On vient du monde entier pour s'y baigner et boire ses eaux.
– On est dans les anciens thermes du Cornadore. Il faut s'imaginer que vers 1880, c'était la grande époque de Saint-Nectaire. Des gens de la grande bourgeoisie, de la famille du tsar venaient. C'était un lieu de villégiature exceptionnel.
– C'est en trouvant, par hasard, cette feuille fossilisée dans le calcaire, que l'ancêtre d'Eric a eu l'idée de fabriquer des objets pétrifiés. C'est ainsi que naît la pétrification. Les curistes s'arrachent ces souvenirs, jusqu'aux plus insolites.
– Il y avait des animaux empaillés, qu'on plaçait sous l'eau, pour donner un côté spectaculaire.
– Depuis 2 siècles, ici, le calcaire forme des oeuvres d'art. De père en fils, ils fabriquent les mêmes objets en série. Mais dans son atelier, Eric se laisse aller à quelques bizarreries.
– J'avais oublié que j'avais ça, mais c'est le moulage d'un écrou.