logo Le moteur de recherche de la télé

Les trésors de Marcel Pagnol


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 0h55 sur France 3

– Une belle écriture, ronde et fluide, toujours à la plume, avec une encre noire, couleur de cendre. Il a couché sur le papier des centaines de milliers de pages comme une dictée interrompue qu'il avait commencée, enfant, sous le regard attentif de son père, Joseph.
– Mon père pensait que les curés étaient des gens assez sournois... Le curé devait penser que mon père, qui n'allait pas à la messe, était probablement damné d'avance. Mais il ne souhaitait pas la mort les uns des autres.
– Vous avez dit aux enfants du catéchisme que je me trompais, qu'il n'y avait pas trois règnes, mais quatre.
– Les règnes végétal, minéral, animal et humain. C'est scientifiquement démontré.
– Le règne humain est une absurdité.
– Seriez-vous un animal?!
– Sans aucun doute !
– En ce qui vous concerne, vous avez certainement raison. Je ne salue pas les animaux.
– Qu'est-ce que vous croyez être ?
– Vade retro, Satanas !
– La famille Pagnol ne restera que deux années à Aubagne. Joseph est nommé en 1897 à Saint-Loup, un gros village dans la banlieue de Marseille. Le Marseille de la Belle Epoque connaît une forte expansion. L'ouverture du canal de Suez a fait la fortune de la ville qui est devenue le plus grand port du monde. C'est la ville de toutes les couleurs et de tous les parfums. Le Marseille originel du petit Marcel a inspiré toute l'oeuvre du grand Pagnol. Un Marseille suspendu, au bord du temps, comme ces bateaux miniatures qui voguent, enfermés dans des bouteilles en verre. C'est un Marseille immuable, vu à travers les yeux d'un enfant. C'est le chauffeur d'Escartefigue !
– L'orange était pourrie.
– Tu pouvais pas prendre une orange neuve ?!
– Je vous avais pas reconnu !
– Viens ici ! Que je te donne un coup de pied !
– Je vous ai pris pour un Américain.
– Un Américain ?!
– Si vous pouviez vous voir...
– Il m'a pris pour un Américain... Chaque fois que tu verras un Américain, fais bien attention que ce ne soit pas moi.
– Bien, M. Panisse.
– Mon père voulait que je fusse professeur. Dans ma famille, où il y avait huit instituteurs, je devais être professeur.