logo Le moteur de recherche de la télé

Les trésors de Marcel Pagnol


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 0h55 sur France 3

– Le succès est inouï. Mais ce qui s'est passé ce soir-là au Théâtre de Paris, c'est beaucoup plus que la consécration d'un auteur génial, c'est surtout la naissance, sur les planches, d'une saga de personnages de légende : César, Marius, Escartefigue, Panisse, Fanny, Honorine... Toutes ces figures ont ouvert les portes du panthéon des héros populaires de la littérature, aux côtés de Scapin, de Tartarin, de Polichinelle et de Figaro.
– Si tu touches Marius, je te flanque un coup de pied dans le derrière...
– Et Raimu est devenu un César si bien ajusté à sa personne qu'il ne pourra plus jamais s'en détacher. Il restera pour l'éternité César, le patron du bar de la Marine.
– Sainte Vierge, c'est un meurtre, mais c'est toi qui l'auras voulu.
– Adieu !
– Le bouchon !
– Je n'ai jamais connu d'acteur plus consciencieux et plus modeste. Raimu n'a jamais su quel grand acteur il était. Il savait qu'il connaissait bien son métier... Mais il ne se rendait pas compte que c'était un acteur de génie. Il travaillait comme un débutant. Dès qu'on lui donnait un manuscrit, il l'emportait partout. Il essayait des répliques sur les garçons du Fouquet's. Un soir, j'attendais Raimu dans sa loge pendant qu'il était en scène, et j'ai pensé tout à coup à tout ce que je lui devais. Et avec un crayon, j'ai écrit dans un coin de la loge, contre le mur: "M. Raimu est un génie." Et le jour de ses funérailles, quand je suis monté dans son bureau, j'ai vu sous un sous-verre le petit morceau de tapisserie qu'il avait découpé et gardé. Il ne m'en avait jamais parlé.
– Je ne suis pas Pagnol !
– Avec sa petite bande marseillaise, Pagnol est devenu l'une des personnalités les plus courtisées de la capitale. Toute la troupe fait le bonheur du public au bal des Petits Lits blancs, un spectacle caritatif.
– Et Marius ?
– Marius ? Il est amiral.
– Pour de l'avancement, c'est de l'avancement. Pagnol m'a donné une femme. Il a vu que ça lui réussissait. Dans sa première pièce, j'étais jeune premier. Dans la seconde, j'étais père. Et maintenant, me voilà vieillard.
– Mais alors, M. Marius, si vous êtes amiral, César, qu'est-ce qu'il est?