logo Le moteur de recherche de la télé

Sénat en action


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 0h25 sur France 3

– Nous serons très attentifs à cette question de la compensation POUF les communes.
– Brest subventionne déjà Mais la ville mène surtout une politique volontariste en direction de l'école publique, son 1er poste de dépenses.
– L'accueil fait partie des petits moments où on peut échanger sur des tas de choses, des plus triviales aux plus importantes.
– L'école Pen-ar-Streat est classée en réseau d'éducation prioritaire. C'est la plus grande école du Finistère. Dans la classe passerelle, on accueille même les enfants Pour s'occuper de ces 18 élèves, Audrey Poirier, l'enseignante, est entourée d'une éducatrice spécialisée ainsi que d'une ATSEM, une assistante rémunérée par la ville.
– C'est avec des enfants qui n'ont jamais fréquenté la collectivité. Ils ont toujours été gardés à la maison par leur mère, en l'occurrence. Ce sont des enfants pour lesquels on imagine que les 1ers pas à l'école seront un peu difficiles. On les accompagne progressivement jusqu'à être plus autonomes dans une autre classe.
– Les parents peuvent accompagner leur enfant dans la classe.
– En intégrant les parents, ça leur permet de se sentir à l'aise, d'avoir confiance en l'école et que dans les classes suivantes, ils puissent plus facilement discuter avec des enseignants et participer davantage à la vie de l'école.
– Ils sont un peu intimidés. C'était mieux hier.
– Dans la classe d'à côté, Elisabeth Couloigner enseigne aux petites sections.
– Il y a 2 choses très importantes en classe: le langage et la socialisation. Le langage, vous avez vu des petits essais, c'est aussi communiquer dans les ateliers entre eux.
– Brest consacre 1 800 euros par an à chaque enfant en maternelle publique, environ le double de la moyenne nationale. La mairie subventionne les maternelles privées à hauteur de 750 euros par élève et par an. Avec la loi, elle devra donner la même chose au privé qu'au public.
– Aujourd'hui, on participe aux maternelles privées à hauteur de 1,1 million Demain, avec la réforme, on devra donner à peu près 2,7 millions. Ça nous fait un coût supplémentaire mais pas un enfant de plus car la plupart des enfants sont scolarisés.