logo Le moteur de recherche de la télé

Sénat en action


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 0h25 sur France 3

– Ahetze, 2 000 habitants, au pied des Pyrénées. Comme partout au Pays basque, l'école publique côtoie l'église du village. Chant basque.
– Bonjour.
– Philippe Elissalde est maire depuis 2011.
– Il est où, E.Macron?
– Tu le connais? Il est venu te voir, déjà?
– Non. Mais je l'ai vu à la télé.
– C'est déjà pas mal. Dans ce lieu sont regroupés une crèche, l'école maternelle, l'école élémentaire, le centre de loisirs sans hébergement et même des activités autour du milieu associatif.
– L'établissement accueille 170 enfants, de la petite section de maternelle jusqu'au CM2. Pour P.Elissalde, le village ne peut pas vivre sans son école.
– Le coeur et le poumon, c'est vital, c'est essentiel à la dynamique villageoise car l'école de son enfant, c'est toujours l'école dans laquelle on a constitué ses années.
– A Ahetze comme dans beaucoup d'autres communes, tous les enfants de 3 ans vont déjà à l'école maternelle.
– Sur notre village, c'est pratiquement 100%, je crois que c'est 99,8% des enfants de 3 ans qui sont scolarisés. Il n'y a pas de changement concernant les anticipations que nous avons pu faire ou ce qui existe déjà dans les écoles.
– Au village, l'école à 3 ans ne va pas bousculer les habitudes. Pourtant, la loi suscite des inquiétudes. Le sénateur Max Brisson, rapporteur du projet de loi au Sénat, est venu faire de la pédagogie dans son département.
– Sur l'objet lui-même du projet de loi, j'ai interrogé certains d'entre vous tout à l'heure, l'obligation de scolarisation à 3 ans est là. Elle est dans les faits, la société a été plus vite que la loi.
– P.Elissalde s'interroge sur la nécessité d'inscrire dans la loi ce qui est déjà une réalité.
– A quoi ça va servir de faire une loi qui grave dans le marbre une scolarisation à 3 ans, l'instruction obligatoire à 3 ans alors que 97,3% des enfants de 3 ans sur ce territoire sont déjà scolarisés?
– Ce qui dérange cet élu, c'est que la loi Blanquer a aussi une conséquence financière pour les communes. En rendant l'école obligatoire à 3 ans, elle les oblige à subventionner les écoles maternelles privées.