logo Le moteur de recherche de la télé

Crimes conjugaux

Dans les yeux d'Olivier


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 0h15 sur France 2

– "Moi, ma fille, j'ai plus rien."
– La violente agression et la mort de sa soeur ont choqué Aline. Encore adolescente, la jeune fille a beaucoup de mal à affronter ce traumatisme.
– Au début, j'avais beaucoup de culpabilité. Je me suis dit: "Pourquoi j'ai pas pris une pierre pour lui taper "sur la tête ? Je l'aurais assommé, et ma soeur serait encore là." Je m'en suis toujours voulue de pas avoir eu ce réflexe. Et je mangeais plus, je dormais plus. Pourtant, on essayait de me faire manger. Mon corps refusait. J'étais sous calmants, je suis descendue à 35kg. Tellement de culpabilité que je me suis dit: "Je vais mettre fin à mes jours." Je l'ai fait 2 fois, jusqu'au jour où je me suis réveillée à l'hôpital devant ma mère et mon beau-père en larmes. Ils m'ont dit: "On a perdu Aurélie, "on peut pas te perdre aussi." Et je me suis rappelée que j'avais promis à Aurélie, sur son lit de mort, que je me battrais pour qu'il soit puni. Je me suis dit : "Je dois tenir ma promesse." Donc le procès, ça m'a aidée à... à me raccrocher. Je me suis raccrochée au procès Pour moi, c'était important qu'il soit puni.
– Le procès arrive, donc. Je sais que... ça a été une période... On va dire qu'une semaine avant le procès, tout se bouscule. Elle, pendant une semaine avant le procès, chaque soir, elle voyait son avocat pendant 1h. Elle sortait en larmes. Elle lui disait : "Je pourrai pas."
– Je pensais que je pourrais pas.
– Il lui a dit : "Dès que tu seras à la barre, "tes souvenirs reviendront." Et... et effectivement. Elle a été costaude.
– 2 ans après la mort d'Aurélie, l'accusé comparaît libre devant la cour d'assises du Jura. L'enquête a révélé qu'en plus de ses blessures, Aurélie avait des traces de semelle imprimées en bas du dos. Cette nuit-là, son corps a été retrouvé au pied d'une falaise. Aurélie est-elle tombée en fuyant? A-t-elle été poussée ?
– Je voulais avant tout qu'Aurélie soit reconnue comme victime. Aurélie, elle a rien demandé à personne ce soir-là. Et elle est pas morte toute seule. Quelqu'un a engendré tout ça.
– Vos avocats vont-ils...