logo Le moteur de recherche de la télé

Crimes conjugaux

Dans les yeux d'Olivier


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 0h15 sur France 2

– Elle était défigurée. J'ai pas reconnu ma soeur. C'était... impossible de la reconnaître. Boursoufflée, des points de suture, bandée à la tête. Donc ouais, c'est des choses qui choquent. J'ai pas reconnu ma soeur. Méconnaissable.
– Donc... à l'hôpital, ils nous ont dit : "Elle est dans le coma, "il faudrait aller lui chercher du parfum, de la musique..." Et là, le service m'appelle en me disant : "On vient de refaire un... un examen cérébral, "et là, Aurélie, elle est décédée. Il va falloir la débrancher." Et... après, on a voulu se mettre tous autour d'Aurélie. Mais tous. On s'est tous mis en bloc autour d'elle, on s'est tous donné la main et... ben, on l'a laissé partir. Ils nous l'ont débranchée, et 2mn après, Aurélie est partie.
– L'ex-compagnon d'Aurélie est arrêté par les gendarmes le lendemain. Privés en une nuit de leur mère et de leur père, les enfants du couple, âgés de 4 ans et de 9 mois, sont pris en charge par Nathalie.
– J'ai demandé à voir un pédopsychiatre pour qu'on me dise comment expliquer la mort à 2 enfants. La pédopsychiatre m'a dit : "Il faut vraiment poser le mot 'mort', vraiment dire "que leur maman est morte." Et... J'ai dit: "La petite a 9 mois." "Elle va "entendre." J'ai pris mes 2 petites-filles dans une pièce à part et je leur ai expliqué que leur maman était morte. La plus grande, son premier mot, ça a été : "C'est papa qui a fait l'accident à maman ?" C'est là que j'ai compris que la plus grande avait déjà vu des scènes... Pour me sortir: "C'est papa Elles ont bien compris que leur maman était morte. Le soir, on s'est réunis dehors, et on a dit aux filles : "La plus belle étoile, "celle qui brille le plus, c'est maman." j'essayais de trouver quelque chose pour les aider, elles, à avancer avec la mort de leur maman, tout simplement.
– Rapidement, vous recevez la visite de la famille de l'agresseur d'Aurélie.
– Oui. Moi, j'ai la maman de l'agresseur qui est venue en me disant: "Toutes les 2, on a perdu un enfant." Je lui ai dit: "Non. Votre fils vous pouvez aller le voir. "Il va sortir de prison.