logo Le moteur de recherche de la télé

Crimes conjugaux

Dans les yeux d'Olivier


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 0h15 sur France 2

– En quoi ?
– Même si aujourd'hui, c'est pas encore tout rose, il s'est énormément assagi. Je ne sais pas s'il l'a lu, mais il a eu tellement d'échos qu'il a pu se rendre compte du mal qu'il a fait. Dans cette routine, je ne sais pas s'il a pu se rendre compte combien il a été loin. Les fois où on s'est rencontrés et de pouvoir parler de ce qui nous est arrivé, dans ces moments de lucidité, il me dit qu'il a l'impression que je parle de quelqu'un d'autre. Il me dit: "Mais j'étais fou."
– Il réalise que parfois, il est encore fou ? Qu'il devient fou ?
– Oui, lui-même le sait. Lui-même sait que... Il me dit: "Attention, on n'est pas à l'abri." Parfois, lors de grosses crises, il me dit : "Il faut pas "que je te trouve, sinon je vais te tuer." Il a des crises comme ça.
– Finalement, le problème de cet homme, c'est quoi ?
– Je serai à vie sa propriété. Ca, voilà. C'est ce sentiment que je lui appartiens, parce qu'en plus on a un enfant ensemble. Ce qui pourrait changer, c'est qu'enfin l'Etat se réveille. On a les moyens, des structures. Mais on n'a aucune coordination. Il faut aider ces hommes car ils sont malades. C'est une pathologie. Si on ne les soigne pas, rien ne changera.
– Même si l'ex-compagnon de Morgane semble de plus en plus conscient, l'équilibre entre eux reste précaire. J'ai envie de revenir avec elle sur son sentiment de toujours appartenir à cet homme alors qu'ils sont séparés depuis plus de 5 ans.
– Si j'avais quelqu'un d'autre dans ma vie, ça serait très compliqué. Donc aujourd'hui, je suis libre mais une certaine forme de liberté. Je suis pas libre à 100%. Aujourd'hui, ça serait très compliqué. Il m'a déjà dit: "Il est hors de question que mon fils vive avec un autre homme." Voilà. En même temps, c'est pas d'actualité. Mais pour refaire ma vie de femme, c'est compliqué.
– Et ça ne vous frustre pas trop ? Mais j'ai tellement de chance d'être vivante et d'avoir mon appartement et mon fils, que... que ce... Ce peu de liberté, je le savoure tellement... Je sais d'où je reviens, je me dis que j'aurais pu être morte.