logo Le moteur de recherche de la télé

Crimes conjugaux

Dans les yeux d'Olivier


diffusion le jeudi 13 juin 2019 à 0h15 sur France 2

– Comment ils font face ? Là, on y est.
– Oui. Comment ils réagissent? Le président les confronte à ça ?
– Oui, tout à fait. Ils sont dépourvus. Ils comprennent bien que la mayonnaise ne prend pas. Au bout de 2h, c'était plié, je crois. J'attends le verdict, j'apprends que je suis relaxé. Mon ex-concubine a pris 18 mois de prison avec sursis. Et lui a pris 5 ans de prison. 3 ans de sursis et 2 ans fermes. Mais sans mandat de dépôt. Ça sera une peine aménageable.
– Vous vous êtes parlés, lors du procès ?
– Lui s'est adressé à moi pour s'excuser. C'est tout. C'est la seule fois.
– Elle non. Pour moi, c'est devenue une étrangère.
– Pourquoi... n'y a-t-il pas eu d'accusation... d'une tentative d'homicide ?
– Mes avocats ont expliqué qu'il fallait requalifier les faits. On a été devant la cour d'appel de Paris pour cela et on a perdu. La cour d'appel de Paris a dit que 19 coups de couteau, c'était pas forcément une tentative de meurtre. Ils ont décidé qu'il était
– Trop stressé lors des faits.
– Donc ça n'a pas été qualifié C'est un peu ce qui fait mal. Pourquoi ces années perdues ?
– Ces années sont aussi perdues pour d'autres raisons. La fille de Giraud est aujourd'hui en âge de comprendre mais le dialogue reste impossible. Et dans ses relations amoureuses, les choses n'ont plus jamais été les mêmes pour Giraud. L'agression a laissé des traces.
– J'ai perdu beaucoup de confiance vis-à-vis des femmes. J'ai beaucoup de mal. Dès que le ton monte avec une copine... je suis réticent et je me sauve direct. Avant, j'étais pas comme ça. Tout le monde n'est pas comme mon ex-concubine, mais je fais plus attention. J'ai beaucoup plus peur.
– Alors aujourd'hui, vous restez... blessé par l'absence de relation avec votre fille. Vous pensez que la situation peut s'améliorer ?
– Je crois en ma fille. Il lui faut du temps. Ça a été très dur pour elle. Elle a souffert. Le temps cicatrise et je pense que quand elle sera prête, elle viendra me voir. Je ne peux pas forcer les choses. Si elle ne veut pas venir me voir, c'est qu'elle n'est pas prête. Je pense qu'un jour, elle viendra.