logo Le moteur de recherche de la télé

L'homme qui est mort deux fois

Un cas pour deux


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 14h55 sur France 3

capture
– Il avait peut-être reçu du fric pour une affaire, sans tenir sa parole.
– Et le corrupteur aurait appris que ce "mort" se baladait dans Francfort.
– Buvons. C'est bon pour le mal de dos.
– Vous êtes bien, ici !
– C'était un achat de Claus.
– Avec son salaire de fonctionnaire ! Merci.
– De rien. On le soupçonnait de s'être laissé corrompre. C'est peut-être pour ça qu'on l'a éliminé.
– J'ignorais qu'il s'était laissé acheter. Je n'y crois pas.
– C'est étonnant comme, parfois, on connaît très mal son conjoint. Vous avez parlé à des gens, de cette rencontre à "L'oasis" ?
– Pratiquement pas.
– Mais à qui ?
– A Reihnard.
– Qui est-ce ?
capture
– Vous aviezjuré de vous taire !
– Ils étaient très liés. On était comme une seule famille.
– Excusez-moi. Votre patron ?
– Il n'est pas là.
– Il revient?
– Non. Il est en campagne.
– Pour être élu député.
– Ces problèmes sont connus depuis très longtemps.
– Bravo !
– Les partis établis ne font rien, rien et rien ! Rien, à part nous bercer avec des promesses ! Merci !
– Si vous voulez mettre fin à la corruption de la ville, si vous êtes pour la transparence, l'ordre, l'honnêteté et l'intégrité, votez pour moi et le Parti d'Initiative Electorale Libre. Merci ! Merci !
– Becker!
– Merci d'être venus. Ovation.
– J'ai été fantastique ! Tu les entends ? Ils m'adorent ! Que fais-tu ici? On n'avait rendez-vous que dans une heure. C'est risqué !
– Il fallait que je te voie. Ils m'attendent. A plus tard ?
– File !
– Notre veuve éplorée se tape son beau-frère. En cachette et avec plaisir !
– Donc, Reihnard a un mobile.
– Il voulait éviter que son frère ne lui pique sa femme. Et s'ils l'avaient tué ensemble ?
– N'en concluons rien sans lui avoir parlé.
– Fais-le. Tu es avocat, donc mieux armé que moi pour discuter avec des politiciens.
– Tu as quelque chose contre eux ?
– Contre ceux qui n'usent des grands mots que pour être élus. Ciao, bello.
– Pour ton fret de retour, on verra quand tu seras à Saint-Pétersbourg. Je t'appellerai.
– Bien, patron.
– Bon voyage. D'où tenez-vous cette information ? Ça pose un problème que je m'entende bien avec Carla alors que mon frère est mort?
capture