logo Le moteur de recherche de la télé

12/13 : Journal national


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 12h25 sur France 3

capture
– Cette prise médicamenteuse qui reste suspicieuse ne fait pas l'objet d'un protocole spécifique prévu dans le cadre d'un bloc opératoire.
– A deux reprises pourtant, le docteur Péchier va réanimer lui-même l'enfant. Alors l'anesthésiste, filmé ici en 2017 lors d'une première mise en examen, empoisonnait-il les patients pour mieux les sauver C'est l'une des interrogations des enquêteurs. Entre 2008 et 2017, dans plusieurs cliniques privées de Besançon, Frédéric Péchier est soupçonné d'avoir administré du potassium à des malades. En tout, une cinquantaine de cas serait à l'étude. Cette ancienne patiente pourrait être l'une de ses victimes.
– J'ai fait un oedème au poumon, un arrêt cardiaque, un AVC...
capture
– Des patients aux séquelles lourdes et des morts suspectes.
– On a appris ce matin l'arrestation de Josu Ternera, l'un dissoute l'an dernier. A l'étranger, cette grande offensive contre l'avortement aux Etats-Unis. La gouverneure républicaine de l'Alabama a promulgué hier une loi C'est le 5e Etat américain qui prend cette mesure depuis le début de l'année...
– C'est la loi sur l'avortement la plus restrictive que vient d'adopter le sénat d'Alabama, à forte majorité républicaine. L'interruption volontaire de grossesse est presque totalement interdite, même en cas de violet d'inceste, jusqu'à 99 ans de prison pour un médecin qui pratiquerait un avortement. Cette loi a aussitôt provoqué des manifestations de femmes.
– Les femmes sont considérées comme des usines à procréer.
– On doit choisir ce qu'on veut faire de nos corps et de nos vies.
– La gouverneure d'Alabama a promulgué la loi hier. Les promoteurs de cette loi ne cachent pas leur volonté de remettre en cause un arrêt de la Cour suprême de 1973 qui a légalisé l'avortement dans tout le pays.
Quatre Etats ont déjà pratiquement interdit l'avortement. Les femmes sont olbigées de se rendre cachées et sous protection dans les rares cliniques qui acceptent encore de pratiquer
capture