logo Le moteur de recherche de la télé

Chroniques méditerranéennes


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 9h45 sur France 3

– Vous allez voir, Stéphane est un personnage assez étonnant. Il a eu plusieurs vies. Il a été trader dans une compagnie d'assurance. Aujourd'hui, il est sculpteur et ce garçon ne fait rien dans la demi-mesure.
– Bonjour.
– Où est-on?
– C'est dans l'univers de Totor, c'est le show-room.
– Tu me présentes ce bel animal, s'il te plaît?
– Totor est un personnage imaginaire inspiré du chien de la famille, le vrai Totor, qui a 16 ans aujourd'hui. Il est encore très vif. Je l'ai fait en 60cm, 1re version. 2e version, 3m, exposée dans la promenade du Paillon, pendant un mois. Il a eu un gros succès populaire, c'est de l'émotion pure. Ce sont des oeuvres qui n'ont pas ou d'être dans les musées pour être au contact du public.
– Est-ce que tu ne fais que du Totor?
– Non, je fais plein d'autres choses. Des martiens, l'univers de la femme, tout ce qui a un peu de l'humour. Ce n'est pas forcément de l'art contemporain, de l'art qui pense.
– Du coup, c'est devenu ton métier?
– Oui. Aujourd'hui, je m'y consacre à 500%.
– Alors, c'est fait où?
– C'est fait localement, à Nice. Pas ici dans le show-room mais à l'atelier.
– Tu me fais découvrir?
– Oui, comme ça, tu pourras mettre la main à la pâte.
– Où va être super Totor?
– On le posera à l'hôpital Lenval, ça va donner de la force aux enfants malades. C'est un peu le Totor de Troie, c'est-à-dire qu'il va rentrer dans l'inconscient des enfants et combattre la maladie avec eux.
– Ton Totor a beaucoup de succès aux Etats-Unis. Comment l'appelle-t-on là-bas?
– Pareil.
– Où est-il exposé aux Etats-Unis?
– Il est d'abord à Miami puisque Nice est jumelée avec Miami, il est devant le City Hall. Après, il sera à Atlanta, dans le Dog Park. A Little Rock, la capitale de l'Arkansas et on devrait en faire un immense à Détroit, de 10m.
– Qu'est-ce qu'il lui reste à faire, à ce Totor?
– Il faudrait le poncer encore un petit peu.
– Tu me regardes avec un air genre... Nat, tu vas poncer.
– Il y a encore pas mal de boulot. Tu veux essayer?
– Ecoute, oui. Et toi, non? Tu me regardes.
– Oui.
– C'est fou, Stéphane est passé d'une vie hyper cadrée dans les assurances à une vie dans ce monde complètement fantasmagorique.