logo Le moteur de recherche de la télé

Chroniques méditerranéennes


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 9h45 sur France 3

– La Baie des Anges, la French Riviera, les touristes du monde entier se pressent pour venir à... Nice! Vous l'avez deviné. Nissa la Bella, c'est quand même la 5e ville de France. Elle est connue pour sa lumière, sa mer bleu azur, sa célèbre promenade des Anglais. Mais Nice, ce n'est pas qu'une carte postale, c'est une ville qui se réinvente constamment et c'est ce Nice que je vais vous faire découvrir. C'est parti. Pour plonger dans ce Nice atypique, je vous présenterai Cristou, prof de nissart et créateur de la 1re monnaie locale de la capitale azuréenne.
– Il y a 19 commerces ou artisans ou paysans qui utilisent cette monnaie.
– José nous fera partager son amour Avec lui, on voyagera dans le temps grâce à son incroyable collection de cartes postales du Nice de la Belle Epoque.
– On voit l'hôtel Ruhl et ici, tu as la jetée promenade qui étaitjuste en face.
– Nous revisitons en nissart quelques classiques de la chanson française avec Zine, chanteuse troubadour des temps modernes.
– Je trouve que de chanter en nissart, c'est une formidable ouverture sur le monde.
– Serge m'initiera au pitchak, un jeu d'adresse rendu très populaire à Nice par les rapatriés venus d'Algérie et revenu au goût du jour dans les cours d'école par cet ancien prof de collège.
– Les enfants peuvent jouer à la main, au pied. C'est une balle de jonglage.
– Mais pour commencer, direction le quartier de Cimiez où Stéphane nous ouvre les portes de son atelier d'artiste totalement délirant. La ville de Nice s'est construite sur plusieurs collines. L'une des plus célèbres est celle de Cimiez. C'est un lieu dynamique et chargé d'histoire. Ici, on trouve les célèbres arènes romaines mais aussi ce magnifique édifice qui est un ancien hôtel de luxe de Régina, dans lequel la reine d'Angleterre, Victoria, avait ses quartiers. Elle venait passer l'hiver ici. Car à la Belle Epoque, la ville de Nice vivait essentiellement c'était quasiment désert, il n'y avait personne. Ça a bien changé, croyez-moi. Et maintenant, on va rencontrer l'artiste, celui qui a réalisé cette oeuvre.