logo Le moteur de recherche de la télé

Pourquoi chercher plus loin ?


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 9h10 sur France 3

– C'était le chemin le plus facile. Il y a beaucoup plus compliqué.
– C'est l'aventure, le parc, ce n'est pas que les animaux. Les parcs comme le tien, c'est aussi en apprendre un peu plus sur les animaux en voie d'extinction, sur tout ça.
– L'intérêt premier des parcs animaliers ou des structures géologiques en France, on a l'image de la visite et de la découverte des animaux mais c'est la conservation. C'est-à-dire conserver ici des espèces qui sont menacées à l'extérieur, ou dont leur habitat est menacé à l'extérieur. Notre rôle, ce n'est pas d'avoir que des animaux à conserver ici et que ça devienne un éden, un paradis sur terre, l'espèce soit menacée. Notre rôle, c'est d'élever les consciences pour dire qu'il faut protéger à l'état sauvage toutes ces espèces qui sont ici.
– D'accord, et les animaux les plus populaires dans le parc, c'est lesquels?
– Les loups et l'autre animal, c'est celui qui estjuste derrière nous, le panda roux. On le voit au niveau des parrainages, notamment. C'est un animal qui est dit exotique, il ne vient pas d'Europe mais il est très apprécié car il est très beau et c'est aussi un animal extrêmement menacé. En Europe, on parle du grand méchant loup, le loup gris qui a été exterminé par l'homme et qui est revenu naturellement par l'Italie depuis les années 90 dans le parc du Mercantour. Aux Etats-Unis, c'est le loup noir, qui a aussi été exterminé par l'homme mais qui est revenu, qui a été réintroduit par l'homme à Yellowstone pour rétablir l'équilibre de la biodiversité. Et quand on va dans le Grand Nord arctique ou au Canada, c'est le loup blanc. C'est un animal qui va avoir une chasse sanitaire, il va protéger la biodiversité et permettra à l'homme de se nourrir d'animaux en bonne santé.
– C'est ce qui est incroyable, en France, le loup fait extrêmement polémique. Existe-t-elle vraiment dans le Grand Est, cette polémique? Nous avons appris à vivre ici, depuis une centaine d'années, sans la présence des grands prédateurs, le loup, le lynx et l'ours. Forcément, les activités sociale, économique et humaine se sont développées sans la présence de ces prédateurs.