logo Le moteur de recherche de la télé

Le business de vos émotions

Envoyé spécial


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 21h15 sur France 2

capture
–  E. Lucet : Ce qui vous révolte aujourd'hui, c'est que tous les patients ne bénéficient pas encore de ces reconstructions. On pourrait penser que partout en France, on fait ce que vous faites mais ce n'est pas le cas?
– Non, parce que la chirurgie maxillo-faciale fait partie des "spécialités à faible effectif", comme on dit dans les ministères. Elle est absolument absente de l'enseignement d'un certain nombre de facultés de médecine. Nous travaillons à réinnerver les facultés pour que les étudiants puis les internes soient confrontés à cette spécialité et recommencent à s'y intéresser.
– E. Lucet : Vous voulez qu'on propose au patient cette reconstruction immédiatement après l'annonce du diagnostic, si c'est possible?
capture
– Oui, il y a toujours une barrière technique éventuelle. On prend pour exemple le cancer du sein. En France, quand une femme est opérée, la reconstruction doit lui être proposée, si c'est techniquement faisable. Et elle est prise en charge à 100% par la sécurité sociale.
– E. Lucet : Elle peut se faire au moment de l'opération du cancer?
– Cela dépend des solutions techniques envisagées. Mais pour le visage, ce n'est pas le cas. On peut enlever la moitié de la mâchoire de quelqu'un ou son orbite et en rester là. C'est une situation pour le moins paradoxale.
– E. Lucet : donc il faut proposer cela aux patients de manière quasi automatique maintenant?
– Il faut que la reconstruction soit systématiquement discutée entre spécialistes.
– E. Lucet : Merci beaucoup. Ils ont l'âge d'aller à l'école mais c'est sur un ring qu'ils passent la plupart de leur temps. En Thaïlande, de jeunes enfants se battent pour subvenir aux besoins de leurs familles mais lors des spectacles qui fascinent les parieurs, ces petits champions courent aussi de graves risques pour leur santé.
Il y a des blessures, un adolescent est même mort, au point que des voix s'élèvent à Bangkok pour faire interdire ces combats qui sont devenus un sport-business. "Les Enfants boxeurs", une enquête de Perrine Bonnet, Olivier Gardette et Benoît Sauvage...
capture