logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 14h10 sur France 2

capture
– Aline: Voilà.
– Félix Bollaert : Ce n'était pas définitif, a priori. Vous ne lui aviez pas dit que vous le quittiez.
– Aline: Je lui avais dit: "Peut-être qu'il y aura un retour, peut-être pas." Je ne voulais pas lui donner d'espoir. Je ne savais plus où j'en étais. Il fallait que je réfléchisse.
– Aline: Quelques jours avant son suicide.
capture
– Félix Bollaert : Comment vous avez découvert qu'il avait décidé de mettre fin à ses jours?
– Aline: C'était le 26 juillet 2017. Je suis rentrée du travail.
– Félix Bollaert : Il devait être à la maison?
– Aline: Oui. Il était en arrêt. Il n'était pas là. Je ne me suis pas posé de question. Je sais qu'il avait annulé un rendez-vous peu de temps avant, donc il était peut-être parti à ce rendez-vous.
J'ai trouvé son portable, mais ça lui arrivait parfois de ne pas le prendre. Quand je suis allée dans le garage, j'ai vu son portefeuille. Là, je me suis dit: "Pas de voiture, son portefeuille est là avec ses papiers. C'est bizarre." J'ai pris toutes ses boîtes de médicaments. Il avait tout remis dans la pochette. Toutes les boîtes étaient refermées mais toutes les plaquettes étaient vides dedans. C'étaient des antidépresseurs. Tout était vide. Il n'y avait même pas une semaine qu'il les avait.
– Félix Bollaert : Il avait laissé les boîtes pour ne pas vous inquiéter, mais...
– Aline: Il avait tout caché. Ça a été une journée très longue. Quand j'ai vu ça, j'ai appelé mon beau-frère pour savoir s'il ne l'avait pas vu. Il m'a dit que non. On est allés à un endroit où on aimait bien se ressourcer. Il y a la Loire pas loin de chez nous. On est allés là-bas, il n'y avait rien. J'ai appelé la gendarmerie. Ils m'ont dit qu'il fallait que je rentre chez moi.
– Félix Bollaert : Pour l'attendre au cas où il rentrerait?
– Aline: Oui, et pour qu'eux viennent me voir. Je leur ai expliqué qu'il n'y avait plus de médicaments à la maison. J'avais une intuition. C'était une journée très longue. Je n'avais pas le droit de sortir, d'aller le chercher.
capture