logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 14h10 sur France 2

capture
– A un moment donné, dans votre vie, vous n'avez plus besoin de prendre cette fonction et vous prenez un autre rôle, le rôle de mère ou d'épouse. Petit à petit, les choses se réassemblent, on y repense, on est à nouveau un peu triste, mais pour mieux avancer.
– Félix Bollaert : Est-ce nécessaire, pour avancer, de s'adresser à cet autre qui est parti? Je pense au processus de deuil quand on n'a pas eu le temps de tout dire. Vous allez au cimetière?
– Swann: Jamais. Je n'ai jamais pu y remettre les pieds. J'y suis allée pour l'enterrement et ça a été aussi un traumatisme. On a eu affaire aux pleureuses. C'était en Tunisie. C'est assez différent des enterrements très doux, délicats. C'est pudique. Là-bas, c'est tout le contraire.
– Dr F.Ferreri: C'est plus démonstratif et même festif, dans certaines cultures.
capture
– Swann: Du haut de mes 17 ans, c'était beaucoup trop.
– Félix Bollaert : Vous n'avez jamais éprouvé le besoin d'y retourner?
– Swann: Non.
– Félix Bollaert : Y aller et parler à celui qui n'est plus là fait partie du processus?
– Dr F.Ferreri: On recommande très souvent d'avoir un moment de recueillement. Ça peut être sur une pierre tombale dans un autre lieu, peu importe. Dans le cadre d'un deuil un peu traumatique, le fait de se confronter à la mort, ça peut être compliqué. Ce n'est pas le problème du lieu. On recommande aussi de choisir un moment. Plutôt que d'être envahi à n'importe quel moment par une pensée négative, il faut se dire: "Ce soir, je penserai à lui etj'aurai un moment de recueillement parce que c'est important pour moi." Au début, c'est 2 ou 3 fois parjour, puis une fois parjour, une fois par mois et puis une fois par an. C'est pour éviter d'être toujours aux prises de cette douleur de l'être perdu. Chacun trouve le bon rythme. Ça peut être important de se choisir un rituel, quel qu'il soit.
– Félix Bollaert : Quel genre de maman vous êtes?
– Swann: Ultra protectrice, je pense. J'ai eu du mal à les avoir, aussi.
– Félix Bollaert : Ce sont des jumeaux.
capture