logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 13h00


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 13h00 sur France 2

capture
– Un mâle d'environ 4 ans, a priori solitaire. Depuis qu'il est apparu dans le département du Gard, on dénombre plus de 300 bêtes tuées, 53 attaques rien qu'en 2018. Cet éleveur a déjà perdu 5 moutons. Chaque matin, c'est avec la boule au ventre qu'il va rejoindre son troupeau.
– On ne sait jamais trop ce qu'on va trouver, si tout le troupeau sera là, s'il y aura des morts.
– Pour se protéger des attaques, il a investi 8000 euros dans cette clôture autour de sa prairie.
– On a dû s'équiper de clôtures électriques, des filets qui contiennent les brebis la journée. En plus, on a mis des chiens.
– Pour lui, ça ne suffira pas à stopper les attaques.
– La vraie solution ici, c'est de l'exterminer. Après, dans les zones où il a son habitat naturel, je ne serais pas pour l'euthanasier.
capture
– En France, seuls 40 loups par an peuvent être abattus. Ils seraient aujourd'hui 360 en liberté sur le territoire. Un plan gouvernemental adopté en 2018 prévoit qu'ils soient 500 d'ici 4 ans.
– M.-S.Lacarrau: Plus que 10 jours avant les élections européennes. C'est la dernière ligne droite. Les appels se multiplient. Cette année, le 26 mai, ce sera la fête des Mères et de nombreuses communes craignent de manquer de volontaires pour tenir les bureaux de vote.
– A Buc, dans les Yvelines, les panneaux électoraux sont vides et les urnes le seront peut-être aussi le 26 mai prochain. Il manque 22 assesseurs pour tenir Dans la ville, personne ne semble disponible.
– Je travaille le dimanche. Je ne peux pas.
– Je suis à la retraite, je suis trop occupé.
– Je ne serai pas là.
– La mairie a lancé des appels à la population sur les réseaux sociaux.
– Pour l'instant, ça fait 15 jours qu'on a fait ces démarches, et on a eu une candidature.
– Comment vous l'expliquer!
– Par le désintérêt.
– Une alerte pénurie qui concerne de nombreuses villes de France. A Toulouse, il manque encore 44 assesseurs pour pouvoir ouvrir les 263 bureaux de vote habituels. Une situation inédite liée, selon cet élu, à l'effondrement des partis traditionnels.
– Les partis politiques, aujourd'hui, n'ont plus l'influence qu'ils avaient il y a 10 ou 20 ans.
capture