logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 13h00


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 13h00 sur France 2

capture
– Sur le plan politique, le Premier ministre ne fait pas cette mesure et ne prend pas cette décision de gaieté de coeur. C'était une décision personnelle. Son entourage ne cache pas que ça se fait sous la pression de l'Elysée. A 10 jours des européennes, c'est aussi une façon de dire aux Français qu'il a entendu leur mécontentement et a tenté de désamorcer l'une des causes d'un vote sanction.
– M.-S.Lacarrau: Merci. Fin de la garde à vue ce matin de l'anesthésiste de Besançon déjà poursuivi pour l'empoisonnement présumé de 7 patients. Il aura été interrogé 48 heures pour une quarantaine d'autres dossiers suspects. Dans la liste de ses possibles victimes, un enfant de 4 ans.
capture
– Après 48 heures d'interrogatoire, le docteur Péchier quitte les locaux de la police judiciaire, direction le palais de Justice de Besançon. Il doit y être entendu par les juges d'instruction sur des dizaines de nouveaux cas suspects. Déjà mis en examen en 2017 pour 7 empoisonnements présumés ayant entraîné 2 décès, il réfute ces nouvelles accusations aujourd'hui.
– La position du docteur Péchier n'a pas changé. Il conteste tout fait d'empoisonnement de quelque nature que ce soit.
– Après 2 ans d'enquête et 4 corps exhumés, la police soupçonne l'anesthésiste de 47 ans d'avoirjoué au pompier pyromane. Il aurait injecté des doses potentiellement létales à des patients, provoquant des arrêts cardiaques dans le seul but d'exercer ensuite ses talents de réanimateur. Depuis la 1re affaire, des dizaines de nouveaux cas seraient apparus comme suspects, avec à chaque fois des arrêts cardiaques inexpliqués. Les parents d'un garçon de 4 ans qui a survécu viennent de porter plainte.
– C'est le questionnement des parents de se dire qu'ils ont un enfant qui a fait 2 arrêts cardiaques avec, peut-être, l'inoculation d'une substance dont on ignore Il y a une phase de colère, une attente de reconnaissance de la parole qu'ils ont pu porter et une volonté de trouver une vérité judiciaire.
capture