logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 09h00


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 9h00 sur France 2

– Tout de suite, un nouveau journal.
– Sophie Le Saint : Bonjour. On commence avec cette campagne choc pour lutter contre les violences dont sont victimes les enfants, des coups, des mots qui blessent, des souffrances parfois quotidiennes que les plus vulnérables cachent à leur entourage.
– Un enfant forcé de dissimuler les traces de coups sous un bonnet, la même réponse laconique...
– Oui, ça va.
– Avant de rentrer chez lui retrouver la violence paternelle. Avec cette vidéo choc de 1 minute 40, l'association Enfance et Partage veut sensibiliser les esprits aux violences faites aux enfants. En France, un enfant meurt tous les 5 jours sous les coups de ses parents. Un enfant ne se confie pas. Plus de 80 % ne parlent pas des violences qu'ils subissent, selon l'association. Les personnes qui soupçonnent des maltraitances n'osent pas non plus les signaler, de peur de se tromper. Elles seraient même 60 % dans ce cas. Cette nouvelle campagne rappelle l'existence d'un numéro vert anonyme et gratuit pour signaler
– Sophie Le Saint : Le taux de chômage est en repli au 1er trimestre, moins 0,1 point, selon l'Insee, soir 8,4 % de la population active, le taux le plus bas depuis 10 ans. A 10 jours des européennes, chaque parti tente de mobiliser ses électeurs. Hier soir, Les Républicains étaient réunis autour de F.-X.Bellamy, avec une ambition: afficher l'unité de la droite.
– Les Républicains en famille, hier. Les ténors du parti se sont succédé Même l'ancien Premier ministre E.Balladur avait fait le déplacement. Tous sont venus défendre une 3e voix face au match annoncé entre LREM et le Rassemblement national.
– F.-X.Bellamy: Monsieur Macron nous dit: "Mon grand but, c'est de battre madame Le Pen." Madame Le Pen nous dit: "Mon grand but, c'est de battre monsieur Macron." Notre seul but est de répondre aux inquiétudes des Français, de résoudre les problèmes des Français.
– L.Wauquiez s'est chargé des attaques contre la majorité.
– Laurent Wauquiez : Le Premier ministre, encore hier, s'en est pris à ce qu'il appelle une "droite Trocadéro" qu'il a expliqué ne pas aimer, mais ce n'est pas la "droite Trocadéro" qu'il n'aime pas, c'est la droite tout court qu'il n'aime pas.