logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 8h10 sur France 2

– On a souhaité mettre l'accent sur le sport et le handicap. France Télévisions est très associé à cette opération. On parle sport avec Christelle. On en parle avec votre amie et invitée, Delphine, une grande
– C.Ballestrero: 13 fois championne du monde de ski nautique handisport. Vous avez commencé la compétition de ski alpin avant votre accident, quand vous aviez 20 ans. Après des mois de rééducation, vous avez décidé de reprendre la compétition, en ski nautique. Dans une vie antérieure, j'ai aussi fait du ski nautique en compétition. Je n'ai jamais été 13 fois championne du monde. J'ai voulu essayer le fauteuil, le ski handisport. Je pensais que ça allait être facile. Une catastrophe. Soyez indulgents. Vous allez pouvoir découvrir la dextérité de Delphine.
– D.Le Sausse: J'ai eu un accident de ski alpin il y a 15 ans, en hors-piste. C'était mon sport de prédilection. Je faisais pas mal de wake l'été. Grosse chute, fracture de la colonne vertébrale, paraplégique. Opération, 6 mois de rééducation. C'est compliqué. On passe par plein de phases de désespoir. Après, ça prend le dessus. J'ai repris le ski alpin l'année suivante. C'était une passion. J'ai retrouvé beaucoup de sensations et ça m'a permis d'oublier un peu les contraintes. J'ai repris naturellement
– C.Ballestrero: Tu vises encore le titre de championne du monde?
– D.Le Sausse: C'est de plus en plus difficile. Je prends de l'âge. Des jeunes arrivent derrière, sont en phase de progression et me talonnent de très près. C'est ce qui donne aussi ce petit piment à la compétition.
– C.Ballestrero: 13 fois championne du monde, une famille super sympa, un métier d'enfer. Tu es pharmacienne. Ça se passe très bien. La vie est belle.
– D.Le Sausse: Quand je vois tout ce que je vois aujourd'hui, je ne me demande pas comment ça aurait été sans cet accident. Au niveau familial, je suis épanouie. Au niveau sportif aussi.
– C.Ballestrero: Le fait d'être basse sur l'eau, on a l'impression que la prise en cas de chute peut être plus importante et violente.
– D.Le Sausse: C'est plein de super sensations.