logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 8h10 sur France 2

– Il suffit que je vous parle de la famille Gandhi. Rien à voir avec le Mahatma Gandhi. C'est un homonyme. Aucun lien de parenté. Le père de cette dynastie Gandhi, c'est Nehru. C'était le 1er Premier ministre de l'Inde. Il était Premier ministre en 47. Sa fille s'appelle Gandhi par mariage. Ça n'a rien à voir. Son fils sera à son tour Premier ministre dans les années 80. R.Gandhi est mort Voici Sonia Gandhi, d'origine italienne. Elle a longtemps été cheffe du parti. Le fils juste à côté, Rahul Gandhi, le président du parti du congrès, est candidat pour ces législatives. Il sera peut-être Premier ministre s'il gagne.
– Laurent Bignolas : Et encore, on ne vous parle pas des petits-enfants.
– Frédéric Vion : Leur positionnement est plutôt à gauche. Ils sont plutôt opposés à l'actuel Premier ministre qu'on pourrait définir comme populiste, voire xénophobe. Le voici. Il est en fonction depuis 2014. Il est d'origine pauvre. Il se distingue par une politique d'enrichissement économique. Il veut équiper les familles indiennes du gaz. C'est plus pratique et ça enlève beaucoup de pollution par brûlage de bois ou de charbon. Le problème, c'est qu'il a commencé à y avoir des pots-de-vin pour avoir le gaz. Ensuite, il a fait une opération bancaire en retirant de la circulation beaucoup de billets de banque pour obliger les gens à avoir des comptes en banque. Il y avait des queues d'enfer devant les banques. Vous excitez le nationalisme, en l'occurrence hindoue, qui n'a pas besoin de ça. Il y a déjà beaucoup de violence contre les minorités musulmanes, par exemple, contre les femmes... Vous voyez la répression par la police qui empêche les femmes de rentrer dans certains temples. On verra. Dépouillement dans une semaine. On verra si le parti nationaliste a encore une majorité ou si les Gandhi reviennent.
– Laurent Bignolas : Merci. L'actualité en France, c'est le DuoDay. On en parle avec C.Ballestrero et D.Le Sausse. C'est le 16 mai, une opération nationale dont l'objectif est de former des duos entre les personnes en situation de handicap et des professionnels volontaires au sein des entreprises, des collectivités et des associations.