logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 7h10 sur France 2

– On a une perturbation qui arrive par la façade atlantique. Ce sera moins lumineux. Ce sont des nuages plus épais et plus bas. Ce sera un peu grisou. Pas de précipitations pour l'instant. Toujours un petit vent de nord-est. Après, on va passer dans un flux d'ouest. Ça va ouvrir la porte aux perturbations. Les températures sont toujours très basses, ce matin. On est très en deçà des valeurs de saison, dans l'est du pays. Ça a baissé un peu Dans l'après-midi, ça va grimper sur le Sud-Ouest. On sera grosso modo dans les valeurs de saison. Dans le Nord, on est très déficitaires. Ce qui arrive va se réactiver demain. Ça va donner de bonnes pluies, notamment sur le sud-ouest du pays. Ailleurs, pas mal d'averses et de beau temps. La dépression va se décaler samedi sur la Corse. Les fronts vont tournicoter autour. Des résidus vont rester sur les reliefs avec de la neige. Il n'y a que sur les côtes où ce sera beau.
– Laurent Bignolas : Que voulez-vous? On n'y peut rien. Tout de suite, un nouveau journal. (Dope Saint Jude)
– Nouvelle Renault Twingo, elle n'en fait jamais trop. A partir de 99 euros/mois, avec 4 ans d'entretien inclus.
– Laurent Bignolas : Il est 7h30. Tout de suite, une nouvelle édition du journal. L'image de ce matin?
– Sophie Le Saint : Bonjour. On parlera des impressionnantes manifestations au Brésil, des milliers de personnes mobilisées pour défendre les universités. D'abord, cette campagne choc pour lutter contre les violences dont sont victimes les enfants. Des coups, des mots qui blessent, des souffrances parfois quotidiennes que les plus vulnérables cachent à leur entourage.
– Un enfant forcé de dissimuler les traces de coups sous un bonnet, la même réponse laconique...
– Oui, ça va.
– Avant de rentrer chez lui retrouver la violence paternelle. Avec cette vidéo choc de 1 minute 40, l'association Enfance et Partage veut sensibiliser les esprits aux violences faites aux enfants. En France, un enfant meurt tous les 5 jours sous les coups de ses parents. Un enfant ne se confie pas. Plus de 80 % ne parlent pas des violences qu'ils subissent, selon l'association.