logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 7h10 sur France 2

– Bonjour. A quoi ressemble le kiosque?
– Patrice Romedenne : On commence par le mur des unes. La brouille franco-allemande, l'accueil des migrants, la fièvre nationaliste en Inde, la crainte d'un bug informatique dans les listes électorales... Voici quelques-uns des thèmes abordés par la presse nationale. Le morceau de choix, c'est l'enquête sur la filière guyanaise de la cocaïne. Première étape: franchir le fleuve qui sépare le Suriname de la Guyane. On imagine que c'est un jeu d'enfant. Seconde étape: faire traverser l'Atlantique à la drogue. C'est en apparence plus compliqué, mais les trafiquants sont astucieux. Le trafic repose sur le principe de la mule sacrifiée. Pascal a un look tel qu'il capte les regards. Il a un coquard à l'oeil, un jean qui descend sur les fesses et il traîne un contrôle judiciaire qui l'interdit d'approcher l'aéroport de Cayenne. Cela ne l'empêche pas de se présenter à l'embarquement de l'avion pour Paris.undefined
Les policiers ne voient que lui. Ils procèdent à un contrôle. Ils trouvent 400 g de cocaïne. Il a tout fait pour se faire prendre. C'est une mule sacrifiée. Les trafiquants l'envoient au casse-pipe pour faciliter le passage des autres fantassins. Ce jour-là, ils ont perdu les 400 g transportés par Pascal, mais des kilos ont traversé l'Atlantique. Quand elle se fait prendre du côté guyanais, la mule risque la prison. Ça ne veut pas dire qu'elle va en prison. Le fameux Pascal a déjà pris 2 ans, mais il n'y est jamais allé car il a promis de trouver un travail ou de s'inscrire à une formation. Face à un tel trafic, policiers et douaniers utilisent leur meilleur atout, le flair, l'expérience. Ils s'intéressent à ceux qui n'ont pas de bagage ou dont les billets ont été payés en liquide. 10 000 personnes transporteraient chaque année de la drogue de la Guyane vers la métropole. 1400 passants ont été arrêtés l'an dernier. La chaîne pénale est au bord de l'explosion. La mule ayant ingurgité des ovules, il faut un suivi médical. Traiter une mule demande l'équivalent de 35 jours de travail pour un seul gendarme.