logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 7h10 sur France 2

– Renault Zoé, l'électrique pour tous. Profitez de Renault Zoé à partir de 149 euros/mois, avec radio et climatisation, sans condition de reprise, location de batterie incluse.
– 8h du matin. Prête pour la journée. Cheveux relevés avec Elnett, un style impeccable jamais figé. S'élimine au plus léger brossage. Pour la soirée, cheveux lâchés. Micro-diffusion ultra-fine pour des cheveux naturels au toucher. Vous le valez bien.
– Ne soyons pas vulnérables, si le temps est incertain.
– Laurent Bignolas : Jolie musique pour accueillir Laura et Charlotte. Bonjour. On commence avec Charlotte pour parler de cinéma. Demain, présentation du dernier Almodovar.
– Charlotte Bouteloup : Il est espagnol! Demain, c'est le film qui sera présenté à Cannes en compétition. Le public pourra le découvrir avant les festivaliers. Il sera en salle à partir de 14h. C'est la 6e présence en compétition de P.Almodovar. Il a déjà été primé 2 fois. Il retrouve deux de ses acteurs fétiches: P.Cruz, pour la 6e fois, et A.Banderas, pour la 9e fois. C'est l'introspection d'un réalisateur. Sa mère, son art, son orientation sexuelle... P.Almodovar se livre beaucoup dans ce film. J'ai eu un coup de coeur pour ce très beau film qui sort demain. A.Banderas est passé à Paris avant d'aller à Cannes. On a couru pour l'interviewer! Hello, Antonio.
– Charlotte Bouteloup : C'est une belle histo de cinéma entre vous et P.Almodovar, une histoire qui dure. Qu'est-ce que vous appréciez le plus chez lui?
– Antonio Banderas : C'est difficile de ne dire que quelques mots sur ce que j'aime le plus à propos d'un réalisateur avec qui j'ai fait 8 films dans les 40 dernières années. J'imagine que ce que j'aime le plus à propos de Pedro, c'est combien il a été fidèle à lui-même, combien il a été loyal à son cinéma. Il n'a jamais plié ou ne s'est jamais trahi pour de l'argent. C'est un homme qui est né cinéma, qui pense cinéma, qui vit cinéma et qui dort cinéma.
– Charlotte Bouteloup : Dans ce film, P.Almodovar se livre. Il parle de son enfance, de son art, de ses tourments. Selon vous, c'est son film le plus personnel?
– Antonio Banderas : Ça pourrait l'être. Il a toujours écrit de façon intime, en tant qu'auteur, mais dans celui-ci, il parle clairement de lui-même, pas vraiment comme dans une biographie, mais il utilise son personnage pour dire les choses qu'il n'a jamais faites, mais qu'il aurait adoré faire. Vous voyez ce que je veux dire? D'une certaine manière, le film est une réconciliation avec lui-même.
– Charlotte Bouteloup : C'est un film profond. Comment était l'atmosphère sur le plateau