logo Le moteur de recherche de la télé

Etre parent

Night Shift


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 0h30 sur TF1

– Mon mariage a sombré, j'ai pas été présent pour mes fils. Je vais rattraper le temps perdu. Ça remet les choses en... Excusez-moi. Ça remet... Il tousse.
– Il enfle.
– Il fait de l'urticaire. Adrénaline, vite. Il fait un choc anaphylactique.
– Pourquoi ?
– Ma poitrine...
– Le pacemaker. Il est allergique aux matériaux.
– J'arrive.
– Il faut sortir le pacemaker.
– Maintenant ?
– Oui.
– D'accord.
– On doit le réguler de l'extérieur. Il peut pas respirer !
– Baisse d'oxygène. Il faut le mettre sous respi.
– T'en fais pas. Ça va aller.
– Je m'occupe de toi. Je vous en prie.
– Préparez une intubation.
– h4arcus,reste avec n1oL
– Resphe.
– Marcus.
– Comment allez-vous ?
– La prévenue est prête ?
– On lui fait d'autres examens. Mais vous savez, je suis contente. J'arrête pas de penser à vous.
– Je suis pris.
– Non. Je m'inquiète pour votre coup au visage. Vous devriez passer un scanner.
– C'est extrême.
– Eh bien... Ce ne serait pas extrême, que vous n'en passiez pas et que vous mourriez d'une hémorragie cérébrale ?
– Euh... Si. Bon, d'accord. Combien ça va me coûter ?
– C'est gratuit, pour nos hommes en bleu. Suivez-moi.
– Salut, Paul. Comment va Marcus ? Je l'ai mis sous respi.
– Désolé que tu aies dû faire ça.
– Ouais. Si t'avais vu son regard... Il a suffisamment souffert pour le reste de sa vie. C'est pas juste.
– Les enfants qui souffrent, ça me rend malade aussi. Je t'envoie des bonnes ondes. Michael. Musique mystérieuse Musique de tension
– Vous avez les médicaments ?
– Oui. Je me suis débrouillé. Uassurance ?
– Non,non. Le pharmacien m'était redevable. Il m'a donné des échantillons du labo. Ils étaient gratuits, pour l'hôpital, alors...
– C'est absolument incroyable.
– Est-ce que ça va ? Je n'ai pas l'habitude qu'on m'aide comme vous le faites. C'est agréable, qu'on prenne soin de lui. Son père... Pardon. J'aitort de." Allez-y.
– Le père de Marcus est parti, quand il a fallu s'en occuper. Il le traite comme un handicapé. Et mon fils... n'a pas besoin de pitié ni de larmes. Il a besoin d'amour.
– Il n'a pas l'air d'en manquer.
– C'est vrai, oui. Enfin, bon.