logo Le moteur de recherche de la télé

De la Bretagne à l'île Maurice, à la rencontre des passionnés de la mer

Thalassa


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 1h45 sur France 3

– Franco Agostini : Qu'est-ce qui vous est passé par la tête?
– On est une génération selfie. Je voulais faire une photo avec les vagues en arrière-plan pour impressionner mes amis. En fait, quand je commence à revenir, je pars à un moment où la mer se retire. Je me dis que c'est le moment. Mais erreur fatale. La mer, quand elle est revenue, elle est revenue avec une vague que je n'attendais pas. Je l'ai vue de l'intérieur. Je n'ai jamais pensé à me faire vraiment emporter.
– Franco Agostini : Vous avez dû avoir une sacrée peur?
– J'ai eu peur quand la vague a tapé mon épaule et que j'ai tapé le rocher. C'était l'instinct de survie. J'ai protégé ma tête de la vague d'après. Et juste sortir la tête de l'eau. Le temps de voir ce qu'il se passait, ça a duré une minute.
– Franco Agostini : Pourquoi avoir accepté de témoigner pour "Thalassa"?
– Pour montrer que la mer est imprévisible. Ça s'est bien terminé pour moi. A part des pertes matérielles, téléphone, caméra, vêtements, mais ça aurait pu plus mal se finir.
– Franco Agostini : Merci, Alexis. Cette fascination pour les éléments naturels peut parfois provoquer des vocations. Durant la tempête, généralement, on se calfeutre. Pourtant, il y a ceux qui vont au coeur des éléments. On les appelle les chasseurs de tempête.
– Au large des îles d'Iroise, les tempêtes se succèdent cet hiver. Dans cette marmite bouillonnante de vagues et d'écume, 2 passionnés défient la colère des éléments. Jean Guichard est photographe. Il est connu dans le monde entier pour son travail sur les phares. Après une vie de grands reporters, il est devenu une référence de la photo de mer. Aux commandes de l'hélicoptère, Thierry Lignac, un virtuose du pilotage. Il a l'humilité et la sagesse des marins face au mauvais temps. *-OK, Thierry. C'est parti. *-On y est. On est dans le bain.
– Le temps d'une tempête, nous embarquons avec ces 2 témoins privilégiés d'un opéra sauvage qui se joue autour des côtes déchiquetées de l'île d'Ouessant. Un terminus d'écumes et de roches noires. Ici, l'océan pousse des coups de gueules qui font trembler l'île toute entière.