logo Le moteur de recherche de la télé

Emissions religieuses


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 1h45 sur France 2

– est composé de 36 caractères. Après avoir créé les lettres arméniennes inspirées par Dieu, s'adresse à Rufin, le célèbre scribe et calligraphe de l'époque. Ensemble, ils mettent en ordre, décident des proportions et des formes de chaque lettre. Pratiquement toutes les lettres de notre alphabet portent le signe de la croix. La lettre à côté de laquelle nous nous trouvons est la 7e. C'est la lettre Dans la sagesse chrétienne, le chiffre 7 est sacré. Elle signifie "Il est", "Dieu est". Elle est aussi la 1re lettre du nom "Etchmiatzine". Comme tous les alphabets du monde, l'alphabet arménien débute par la lettre Mais à la différence des autres, cette 1re lettre englobe un grand symbole car elle est la 1re lettre du mot "Asdvadz", "Dieu", en arménien. Le "A" n'est pas la seule lettre chargée d'une telle symbolique. la première lettre du nom "Krisdos", "Christ". Il y a en Arménie une tradition : lorsque les enfants commencent à étudier l'alphabet à l'école, ils viennent obligatoirement en pèlerinage dans cette église pour s'incliner devant la tombe de saint Mesrob. Et à la fin de l'année scolaire, lorsqu'ils ont acquis tous les caractères de l'alphabet arménien et qu'ils peuvent lire et écrire, ils sont considérés comme alphabétisés et peuvent se dire disciples de saint Mesrob Machtotz. De la même manière, ils viennent dans cette église afin de dire à saint Mesrob : "Nous savons désormais lire et écrire "et nous sommes tes disciples." Comme vous l'avez très justement dit, on trouve également dans nos lettres notre ADN. Bien des siècles avant nous, nos ancêtres ont parlé et écrit cette langue. Ils ont utilisé ces caractères pour écrire. Aujourd'hui, en parlant en arménien, en utilisant ces caractères, nous recevons la bénédiction de ceux qui nous ont précédés et nous la transmettons à nos successeurs.
– En 1915, le génocide fit plus d'1,5 million de morts. Ce drame a profondément traumatisé le peuple arménien. En 1965, cinquante ans après, ici, à Etchmiatzine, le premier mémorial en Arménie. C'est le catholicos Vazgen Ier qui en a été l'initiateur.